Skip to content

Les patients hémiplégiques (à la suite d’un AVC) continuent-ils l’exercice physique après un séjour de réadaptation ?

31/08/2011

Le ré-entraînement à l’effort (REE), sous forme de programmes d’activité physique encadrée en centre de réadaptation, a montré son efficacité à court terme sur la capacité à l’effort, la qualité de vie et de nombreux marqueurs de prévention secondaire. En post-AVC, le Stroke Council of the American Heart Association recommande la pratique d’une activité physique d’intensité modérée pendant au moins 30 à 45 minutes par jour 3 /semaine.

Les auteurs veulent connaître (a) l’ « observance » des patients AVC à l’AP après leur séjour de réadaptation basé sur l’AP aérobie à seuil ventilatoire et de l’éducation thérapeutique (ETP).  Ils souhaitent savoir si (b) l’AP déclarée post séjour correspond à celle mesurée par un accéléromètre uniaxial. (Nombre de patients = 9)

 Résultats

(a) La semaine suivant les séjours 4/9 sujets ont une dépense énergétique similaire aux recommandations. 3 mois après leur séjour seulement 1/9 reste suffisamment actif. (b) Les patients surévaluent leur AP par rapport à celle mesurée objectivement.

 Discussion

Les résultats de Touillet et al. 2010 soulignent qu’en dehors de toute prise en charge les patients hémiplégiques ne

modifient pas leur comportement en terme d’AP. Ces résultats sont similaires à ceux retrouvés chez des patients BPCO, diabétiques, dépressifs…

Ils déplorent l’absence d’impact de l’ETP. En effet, donner de l’information à une personne n’influence pas ses habitudes, cela est

démontré dans le domaine de la psychologie depuis de nombreuses années. La surévaluation de l’AP est commune à l’ensemble de la population de part les définitions choisie, le terme AP, est souvent mal compris.

Points négatifs

Non utilisation d’un questionnaire validé pour mesuré l’AP comme l’IPAQ ou le GPAQ (voir l’article ici). A titre d’exemple l’IPAQ long vient d’être validé en français pour les sujets diabétiques de type 2 (lien ici).

La discussion n’aborde pas du tout le fait que le programme de REE, favorise la condition physique, certes, mais tel qu’il est construit, il ne permet à aucun patient de pouvoir tester, utiliser ses nouvelles capacités dans des domaines physiques où il peut prendre du plaisir, s’offrir au regard des gens, envisager son ou ses modes de pratiques physiques post séjour, bref une pratiques d’APA conciliée avec ce programme entrainerait une meilleure adhésion (et non pas compliance) des patients AVC.

Pourquoi ne pas évoquer le besoin de prise en charge ambulatoire post réadaptation, ex : réseau de santé ?

Points positifs

Souligne que l’ETP, doit être menée par des gens formés aux approches motivationnelles.

Etaye le besoin de recherche dans le domaine de la réadaptation des personnes ayant eu un AVC

Article rédigé en français et en anglais, offre une lisibilité à la recherche française

Très bon outil d’apprentissage et de travail de l’anglais scientifique pour les étudiants en Activités Physiques Adaptées ou du paramédical.

 Touillet et al., (2010). Estimation de l’observance de la prescription d’activité chez l’hémiplégique après un programme de réentraînement et d’éducation à l’activité physique.. Annals of Physical and Rehabilitation Medicine. 53, 250-265.

N’hésitez pas à réagir aux articles et à les partager sur facebook….

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :