Skip to content

Activité physique et personnes vivant avec le VIH/SIDA

29/09/2011

 L’amélioration des traitements médicamenteux, entraine un allongement de la vie des sujets touchés par le VIH. Ces personnes peuvent plus aisément être assimilées à des sujets touchées par une maladie chronique. Certains aspects de leur santé sont tout de même altérés ou voir détériorés : qualité de vie, atteintes somatiques (respiratoires, circulatoire, neuromusculaires…), troubles psychiatriques. On retrouve souvent par exemple un « wasting syndrome » (perte involontaire de masse >10% du poids du corps ou masse <90% masse idéale, essentiellement perte de masse musculaire).

Une revue Cochrane de Obrien et al. 2010 évalue les risques et l’efficacité de la pratique d’AP chez ces sujets* (en libre accès).

Méthode : Ils recensent les études randomisées contrôlées de 1980 à 2009. Les études sont sélectionnées si elles testent l’AP vs AP (autre forme), l’AP vs s. Les études doivent proposer une fréquence minimale de 3 fois par semaine sur une durée minimale de 4 semaines (>18 ans).

Résultats : 14 études entrent les critères

La pratique d’AP n’apporte pas de risques importants pour les sujets.

Modalité de pratiques efficaces=

AP constante ou à intervalle, AP constante combinée à de l’AP de résistance

Séances minimales de 20 minutes

3 à 5 fois /semaine

Amélioration de la condition physique (consommation d’O²), composition corporelle (volume musculaire, pourcentage de masse grasse) et des symptômes de dépressifs.

En revanche, les résultats sont non significatifs pour la charge virale et les cellules immunitaires CD4.

Discussion

Les résultats sont issus d’études comportant des tailles d’effectif limitées, et obtiennent de taux d’abandon important. Peu d’études portent sur l’impact de l’AP à moyen terme et les femmes sont sous représentées (< 30%).

 Remarque personnelle.

Il est étonnant de mettre un critère de sélection des études en terme de fréquence et durée des interventions. Les échelles d’évaluations de la qualité de vie ou des affects sont peu spécifiques.

 *La Collaboration Cochrane est une organisation internationale, indépendante, à but non lucratif. Plus de 100 pays travaillent ensemble pour la diffusion et la mise à jour d’informations fiables sur les effets des soins en santé. Des scientifiques du monde entier élaborent les revues systématiques Cochrane sur les effets de traitements ou d’interventions dans le domaine des soins en santé, afin d’aider les professionnels de santé et le grand public dans leur prise de décision. Plus de 4 000 revues sont disponibles en ligne dans la Bibliothèque Cochrane. (Voir dans les liens du blog)

O ’Br ien K , Nixon S , Tynan A M, Glazier R. Aerobic exercise interventions for adults living with HIV / A IDS . Coch rane, Datab as e of Systematic Reviews 2010, Issue 8. A r t. No. : CD001796. DO I: 10. 1002/ 14651858 . CD0 01 79 6. pub 3

N’hésitez pas à réagir aux articles et à les partager sur facebook….

No comments yet

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :