Skip to content

Mr J, 52 ans, dépressif (partie 2)

10/06/2012

L’auteur décrit ensuite les recommandations de traitement de la dépression dans le cadre des soins collaboratifs « collaborative care management » (niveau de preuve B).

Soins collaboratifs = gestion de la dépression par une équipe : médecin généraliste, « soignant dépression » infirmier ou psychologue, psychiatre.

Le « soignant dépression » s’occupe de l’éducation thérapeutique, du suivi face à face et à distance du patient, de la gestion des symptômes. L’auteur souligne que les soins collaboratifs permettent de mieux dépister les troubles dépressifs. Il propose l’utilisation du PHQ 9 (auto questionnaire basé sur les critères du DSMIV) et discute les différents cut-off. Whooley (2012) souligne le possible impact négatif et stigmatisant du diagnostique de dépression. Cela peut avoir un effet négatif sur l’adhésion au traitement du patient.

 L’auteur décrit ensuite les traitements efficaces et utilisables pour lutter contre la dépression : auto-gestion, psychothérapie, pharmacothérapie et leurs combinaisons.

auto-gestion : place importante de l’activité physique dans la diminution des symptômes dépressifs (effect size, 0.40; 95% CI, 0.14-0.66) et apports en termes de bénéfices sur la santé physique (GRADE A). Il souligne que pour des patients dépressifs, avoir une AP équivalente aux recommandations (150 min AP modérée / semaine) peut être très bénéfique en traitement de 1er ligne.

Ensuite l’auteur décrit les différentes psychothérapies qui font état de bénéfices pour les sujets avec une dépression plus sévère (traitement de 1er ligne). Celles-ci doivent être encadrées par un psychologue, durer entre 3 et 6 mois, avec des séances (8 à 16 d’environ 50 min).

Activation comportementale                         0.87 (0.60-1.15)

Thérapie cognitive                                         0.44 (0.08-0.80)

Thérapie cognitivo-comportementale           0.67 (0.60-0.75)

Thérapie interpersonnelle                              0.63 (0.36-0.90)

Thérapie de résolution problème                   0.34 (0.02-0.48)

Par la suite, l’auteur réalise une description des pharmacothérapies existantes et de leur efficacité (effect size, 0.66; 95% CI, 0.38-0.94; GRADE Level A). Deux catégories principales sont : les inhibiteurs de recapture de la sérotonine et les inhibiteurs de recapture de la dopamine et de la norépinephrine. Il ajoute qu’il n’existe pas de recommandations basées sur l’efficacité pour aider au choix de la catégorie de traitement. Un tableau rescence les effets secondaires et les conseils de posologie.

 En dernier lieu sont présentées, deux autres thérapies pouvant montrer un efficacité dans le traitement des symptômes dépressifs : le millepertuis (effect size, 0.47; 95% CI, 0.30-0.64; GRADE level B) (déjà évoqué sur le blog) et la luminothérapie (effect size,0.20; 95% CI, 0.01-0.38; GRADE level B).

No comments yet

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :