Skip to content

Test de marche de 6 minutes chez le sujet schizophréne: un outil de plus en plus intéressant !

23/10/2012
Un article de blog avait décrit l’étude de validation du Test de marche de 6 minutes pour des sujets touchés par la schizophrénie. Vancampfort et al. (2012), le même auteur, a publié un article dans la revue Acta Psychiatrica Scandinavica en mai 2012 utilisant de nouveau le Test de marche de 6 minutes (TDM6). De plus, il a demandé  à un évaluateur d’évaluer ces même participants à l’aide de l’Échelle d’évaluation globale du fonctionnement (EGF).
Il souhaitait explorer la possible association entre le score à l’EGF (très utilisé dans l’évaluation des ces sujets et des traitements) et la distance au TDM6.  L’axe V du manuel diagnostique des troubles mentaux (DSM-IV-TR) est une échelle d’hétéro-évaluation qui permet à un psychiatre d’établir un score de fonctionnement psychologique, social et professionnel sur un continuum hypothétique allant de la santé mentale à la maladie. L’évaluateur établit un score en fonction des descriptions proposées par tranche de 10 points entre 0 et 100.
Exemple pour la tranche 51-60 :

Symptômes d’intensité moyenne (p. ex., émoussement affectif, prolixité circonlocutoire, attaques de panique épisodiques) ou difficultés d’intensité moyenne dans le fonctionnement social, professionnel ou scolaire (p. ex., peu d’amis, conflits avec les camarades de classe ou les collègues de travail).

Résultats: Une corrélation de 0.59 (p<.001) entre score EGF et la distance TDM6 a été retrouvée.
Discussion : La corrélation est positive et modérée mais jusque là, la distance réalisée au TDM6 était associées à des marqueurs négatifs (e.g. dépression). Or le fonctionnement est un bon prédicteur autonomisation des sujets, de stabilisation psychiatrique. L’intérêt de cette étude ne réside pas dans le fait d’identifier un lien de causalité entre fonctionnement et capacité à l’effort. Simplement, un patient qui améliore son fonctionnement peu plus facilement améliorer sa capacité à l’effort et vice et versa. Cette étude vient appuyer l’intéret du TDM6 dans la prise en charge de la schizophrénie.
En effet, le secteur de la santé voit émerger des structures de soins de réadaptation en psychiatrie afin d’aider les sujets à se stabiliser et à identifier un projet de vie pérenne. Dans ce cadre, une prise en charge par les activités physiques adaptées pourrait se baser sur le test de marche pour évaluer son impact sur les usagers. A ma connaissance, une prise en charge de réadaptation en psychiatrie basée sur une approche pluri, inter- ou mufti-disciplinaire incluant l’activité physique adaptée reste peu développée en France.

Pour ceux qui s’interrogent sur la différence entre pluri, inter- ou mufti-disciplinaire, direction l’article du blog GERAR.
Vancampfort, D., Probst, M., Scheewe, T., Knapen, J., De Herdt, A., & De Hert, M. (2012). The functional exercise capacity is correlated with global functioning in patients with schizophrenia. Acta Psychiatrica Scandinavica. doi:10.1111/j.1600-0447.2011.01825.x

No comments yet

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :