Skip to content

L’activité physique pour diminuer le nombre de rendez-vous médicaux des malades chroniques. Olé !

02/09/2013
Urgences

Le 21 juin dernier, dans la revue Plos One, un essai randomisé contrôlé (ERC) a été publié sur ce sujet (en accès libre). Maria Giné-Garriga, du département des Sciences des sports de l’université Ramon Llull de Barcelone, a exploré l’effet d’un programme d’AP supervisé par un spécialiste de l’AP (3 mois, 24 séances, aérobie+ renforcement musculaire, en groupe, incrémenté en difficulté) sur le nombres de visites médicales.

Les patients inclus devaient être porteur d’une pathologie chronique (e.g. BPCO) ou d’un facteur de risque important (e.g. Obèse). Ils étaient recrutés en catalogne dans 63 centre médicaux. Les patients étaient alloués soit dans un groupe AP soit dans un groupe soins usuels. L’ensemble des recruteurs, des évaluateurs étaient en aveugle de l’objectif de l’étude. Ainsi, le recrutement a permis d’inclure respectivement, n = 183; 68.3 (8.8) years; 118 women pour AP et n = 179; 67.2 (9.1) years; 106 women pour contrôle.

Le critère de jugement principal était le nombre de rendez vous médicaux à 12 après la fin du programme AP. Les critères de jugement secondaires : nombre rendez vous médicaux à 3, 6 mois ainsi que la qualité de vie (qol) et l’AP mesuré par le SF12 et l’IPAQ-7.

Le nombre de rendez vous médicaux à 15 mois est significativement plus faible pour le groupe AP 14.8 vs 18.2 (p=.002).

 En discussion, les auteurs présentent les coûts des rendez vous médicaux comptabilisés dans l’étude : infirmière (21-36 euros), urgence (54-88 euros), et médecin à domicile (28-58 euros). Ils présentent ensuite le coût des sessions d’AP (20 euros) donc 480 euros le programme complet + 20 euros de matériel., soit un coût par programme/ participant d’environ 25 euros ( groupe de 20 personnes).

Remarques :

1-les critères d’inclusion sont larges, rendant difficilement le classement de cette étude dans le cadre de la prévention secondaire ou tertiaire. De plus, le critère de sédentarité n’est pas le bon (AP modéré ou vigoureuse pendant au moins une heure 5 jours par semaine), qui fait réellement cela ?

2-les design est simple, ce qui facilite se compréhension par les dirigeants politiques

3-il manque réellement des économistes de la santé dans cette étude pour pouvoir mieux apprécier es résultats

4-aucune information est donnée sur l’adhésion au programme

5-le coût des séances d’AP me semble faible

 Une étude à réaliser en France serait la bienvenue, pour combler les limites et explorer réellement le coût/efficacité. On éviterai ainsi l’effet « écran de fumée » de l’ « étude » de Strasbourg.

Cette étude est à mettre en lien avec celles sur l’Exercise Reference System.

Giné-Garriga et al. 2013.The Effect of a Physical Activity Program on the Total Number of Primary Care Visits in Inactive Patients: A 15-Month Randomized Controlled Trial. PLOS One

One Comment leave one →
  1. Ax59 permalink
    17/09/2013 1:56

    Génial ce site !
    Connaissez-vous des études sur le « taux » et le « niveau » de continuation (pérennité en « phase 3 ») de l’activité physique chez les patients en post réadaptation cardiaque / réhabilitation respiratoire / réseau de santé… ?

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :