Skip to content

Lettre ouverte aux acteurs des Activités Physiques Adaptées en France

24/05/2014

Les Activités Physiques Adaptées (APA) ont trente ans d’existence en France et sont portés par un mouvement international prenant corps avec l’International Federation Adapted Physical Activity. Il apparaît important de dresser rapidement l’état des APA en France aujourd’hui.

La formation en APA repose sur une trentaine de Licence STAPS-APA-santé et sur un nombre difficilement quantifiable de Master. Les contenus de formation semblent assez éparses et les échanges avec des jeunes professionnels de différents lieux de formation font émerger des dominantes disciplinaires fortes en fonction des lieux de formation. En termes de lisibilité des contenus de formation (quantité et qualité d’heures de stage, « spécialités » locales…), les universités ne peuvent que progresser tant les efforts dans ce sens sont pauvres par manque de volonté ou de moyens.

La professionnalisation en APA demeure, depuis quelques années, une question traitée au sein des Universités. Celle-ci semble correcte voir bonne en fonction des lieux d’études et niveau de formation. Il apparaît que les professionnels APA investissent des domaines vraiment très diversifiés. Cependant, quasi aucune information n’est disponible sur le professionnalisation des premières générations de professionnels.

La recherche en APA reste à mon sens un défi. En effet, même si celle-ci est bien vivante à travers des publications de qualité, l’avancée des années témoigne de sa parcellisation en terme d’objet d’étude et d’approche disciplinaire. De plus, sa représentation reste diffuse à travers différentes sociétés savantes internes aux STAPS (Association des Chercheurs en Activités Physiques et Sportives, Association Francophone pour la Recherche en Activité Physique et Sportive, Association Francophone en Activités Physiques Adaptées) et plus que questionnable dans le champ de la santé. Il reste difficile d’en identifier les raisons même si la réorganisation de la recherche accentue ce manque de lisibilité.

L’implantation française des APA repose donc sur un bilan mitigé. A cela vient s’ajouter, un manque de reconnaissance des professionnels, une faible présence des spécialistes des APA dans les expertises scientifiques nationales, un faible nombre de plans envisageant d’introduire les professionnels APA dans la prise en charge de populations à risques et de la méconnaissance des APA de la part du grand public.

Il me semble que le développement des APA arrive à un point de bascule. En effet, les pouvoirs publics prennent conscience du potentiel de l’activité physique pour des raisons majoritairement utilitaristes plus que scientifiques. La question de la mise au pas de l’activité physique par la santé (1) et le monde du sport est d’actualité et amène les APA à une vision réductionniste. Dans ce contexte, les acteurs des APA sont face à une sorte de pari de Pascal (2) : restons sur des positions attentistes, individuelles et uniquement corporatistes et les APA vivoteront benoîtement ici et là ou supposons que les APA peuvent réellement être portées par une expérience collective fédératrice, accompagnée des bénéficiaires et menées avec conviction et ainsi elles seront vivantes et en évolution permanente.

L’avenir des APA peut prendre différentes formes, je me risque à proposer plusieurs pistes.

Les acteurs des APA se doivent de développer un système d’échanges horizontaux et dynamiques entre l’université et les professionnels APA qui en sont issus afin de faire état de positions communes dans le domaine de l’éducation et de la santé. Ces échanges pourraient à terme nuancer cette dichotomie cultivée université/terrain. Clairement, l’établissement de pratiques professionnelles basées sur des preuves en serait une résultante forte et pérenne, mêlant à la fois connaissances factuelles et savoir-faire (3). Dans ce cadre, les outils de communication, les échanges constructifs et les projets partagés manquent.

Le regroupement des professionnels des APA est porté aujourd’hui par la Société Française des Professionnels en Activités Physiques Adaptées (SFP-APA), est ce aujourd’hui suffisant, je pense que non. La force de cette association reste de pouvoir embrasser la complexité des APA tout en tentant des les circonscrire en termes de définition et de pratiques professionnelles. Le travail de fond et de reconnaissance auprès des institutions livré par la SFP-APA ne doit pas faire oublier que nombreux sont les professionnels APA qui doivent sortir du bois. Ainsi, le développement de projets autour des activités physiques à des fins d’éducation, de santé ou de loisir repose en bonne partie sur les domaines du médico-social et des fédérations. Or ces professionnels APA semblent être les moins actifs dans la reconnaissance de leurs pratiques et compétences.

Que connaît-on aujourd’hui des pratiques d’APA au sein d’Instituts Médico-Educatifs ? Qui sait aujourd’hui le nombre de cadres qui portent des délégations locales de fédérations sportives sans que l’on sache la vraie nature de leur formation initiale ? Il est tant que ces professionnels cessent de se cacher derrières leurs acquis ou leurs postes. Ne pourrait-on pas imaginer des formes de regroupement de ces professionnels pour faire (re)connaître la qualité de prise en charge des bénéficiaires par les APA ou leurs compétences de gestion de projet à long terme. La SFP-APA offre un support vivant pour une fédéralisation de professionnels APA ayant leurs spécificités. A ce titre, y-a-t-il une profession et des métiers dans le domaine des APA ou un cœur commun et spécifique aux APA, indépendant de son emploi ?

Nombreux sont les jeunes diplômés qui se lancent dans l’aventure de entrepreneuriat par défaut ou par envie. Ces projets naissent le plus souvent d’une volonté individuelle cantonnée à une zone géographique et ou certains types d’usagers. Naïvement, je m’interroge sur la place qu’ont les usagers dans la construction et le financement de ces projets, rappelant au passage que la SFP-APA citée plus haut, a basé son logo sur les bénéficiaires des APA (symbole fort). Encore une fois, l’avenir est à la fédéralisation de ces projets à une échelle nationale mais surtout à une réflexion sur les modèles sous-tendus par le choix de la forme entrepreneuriale. Ainsi, les formes d’entreprises portées par l’économie sociale et solidaire apparaissent comme une ressource inexploitée, agglomérant salariés, usagers, collectivités, entreprises et pouvant faire jaillir des prises en charges par les APA innovantes (e.g., Société Coopérative d’Intérêt Collectif (Scic)). Les instances publiques souhaitent aujourd’hui des réponses concrètes en termes d’AP, aux professionnels des APA de les construire dans le respect de l’usager.

Des mémoires d’étudiants s’empoussièrent, les rares présentations en congrès ou journées de travail cherchent l’oubli au fond des disques durs, les sites concernant les APA comptent sur les doigts d’une main. Les alertes internet associés aux termes APA recrachent des articles de presse locale flous (4), des articles scientifiques sur-vulgarisés et des écrits produits par des médecins employant le plus souvent l’expression sans réellement la connaître. Il est clair que les acteurs des APA ont intérêt à prendre leur clavier à deux mains. L’ancienne association Association pour la Promotion des Activités Physiques et Sportives reste un modèle du genre en termes d’articles produits. Nombreux sont les professionnels qui dépensent une énergie folle à se démarquer (pour ne pas dire critiquer) d’autres corps de métier, mais regardons ce qui se passe ailleurs. Des revues francophones ont depuis longtemps émergé chez les professionnels les plus variés, à mon sens la revue e-respect (5) pourrait devenir un modèle du genre.

Écrire, écrire, écrire et présenter, des étapes incontournables pour des APA vivantes mais prenons garde aussi d’expliquer les effets et pratiques des APA dans des supports divers comme les revues d’associations de malades ou de parents, les congrès pluridisciplinaires et de valoriser les productions scientifiques anglophones avec des résumés et critiques francophones. Uniquement les écrits sont sources d’échanges et de confrontation de points de vue pour rendre compte de la complexité qui émerge lors d’études ou de prises en charges en APA. Autrement dit, l’ultra simplification de la question de prescription de l’activité physique, du « sporticament » et les amalgames nourris autour du sport-santé seraient rapidement dépassés.

(1) Lien 1

(2) « Comme je l’ai dit parfois, nous sommes en face d’une sorte de pari de Pascal : supposons que rien n’est possible, et le pire arrivera ; supposons que l’on peut améliorer les choses, alors ; peut être le fera-t-on ». N. Chomsky. Raison contre pouvoir, le pari de Pascal.

(3) Hutzler (2011). Evidence-Based Practice and Research: A Challenge to the Development of Adapted Physical Activity. Adapted Physical Activity Quarterly

(4) Lien 2

(5) http://e-respect.fr/

Ce blog n’ayant pas pour objet ce type d’écrit, je m’en sers uniquement pour favoriser une diffusion large de cette lettre et faciliter les commentaires. Les propos tenus n’engagent que son auteur.

 

4 commentaires leave one →
  1. Anonyme permalink
    07/06/2014 2:53

    Bonjour à vous🙂 ça fait plaisir de voir un article comme celui là, surtout pour les étudiant qui viennent de finir leurs études en filière APAS et qui sont un peu dans le flou pour la suite.
    Merci beaucoup,
    Camille, tout juste diplomée d’une licence STAPS mention APAS

    • 08/06/2014 3:37

      Merci pour ce commentaire! N’hésitez pas à faire connaître ce blog à vos camarades et encadrants de stage.

  2. Anonyme permalink
    04/06/2014 3:54

    Il reste encore à faire, mais le chemin déjà parcouru doit motiver l’ensemble des acteurs.
    Th Weissland, rare universitaire ex-enseignant et ex-chef de service en APA

  3. Bouricha Rmy permalink
    02/06/2014 8:09

    😉 bien vu

    Rémy Bouricha Professeur d’activités physiques adaptées Appartements de Coordination Thérapeutique (AERS) remy.bouricha@univ-montp1.fr 06 72 89 05 52

    Date: Sat, 24 May 2014 15:39:09 +0000 To: ks47@hotmail.com

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :