Skip to content

Activité physique pour les adultes traités par hémodialyse : comment et pourquoi ?

12/09/2014

La revue de la FNAIR en Septembre 2013 avait publié un article sur le conseil à l’activité physique chez les patients traités par hémodialyse. Valéryane Thooris, Enseignante en Activités Physiques Adaptées présentait une étude de faisabilité basée sur le modèle en 5-A (déjà présenté dans le blog). Cet article est accessible sur le site de la SFP-APA.

Plus récemment, une revue de littérature en français a été publiée dans la revue Néphrologie & Thérapeutique : Activité physique chez les patients dialysés : comment et pourquoi l’évaluer et mettre en place un programme ?

Cette seconde lecture peut s’avérer très intéressante et complémentaire pour les Enseignants en Activités Physiques Adaptées voulant s’ouvrir à ce type de population. Un résumé en a été publié par l’auteure même sur le site de la SFP-APA.

chardon bleu des pyrénéesCe travail est bien rédigé et permet d’avoir une vue d’ensemble des possibilités et limites de la mise en place d’intervention d’activité physique. Les auteurs ciblent des outils et méthodes adéquates et précisent les place des professionnels. La seule limite réside dans l’absence d’outils d’évaluation de la motivation. Dans le futur, la mise à jour de ce type de revue basée sur des échanges entre EAPA et néphrologue pourrait s’avérer riche.

Voici quelques extraits :

Dans une enquête réalisée auprès de 505 néphrologues, Johansen et al. ont souligné que si 97 % estiment que l’AP est bénéfique pour les patients dialysés, seulement 38 % l’évaluent et 5 % ont mis en place un programme, essentiellement par manque de temps et de connaissance dans ce domaine…

Chez les patients pour qui la sédentarité est évidente, ou chez les patients a` risque, une évaluation complémentaire doit être menée par une personne compétente en AP, idéalement un enseignant en activité physique adaptée (APA), un kinésithérapeute, ou toute autre personne (néphrologue, diététicien. . .) formée à ces méthodes d’évaluation.

Les freins sont nombreux et de différents ordres. Le manque de motivation, la crainte des risques et le temps à y consacrer de la part du patient, mais surtout de l’équipe soignante, sont régulièrement mis en avant, mais les patients apparaissent plus intéressés que les néphrologues.

Thooris V. Conseils à l’activité physique chez les personnes traités par hémodialyse : étude de faisabilité. Revue FNAIR, Septembre 2013, n°135.

Kolko Labadens A, et al. Activité physique chez les patients dialysés : comment et pourquoi l’évaluer et mettre en place un programme ? Néphrologie & Thérapeutique (2014), http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2013.12.004

No comments yet

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :