Skip to content

Aller courir pour mieux dormir, est-ce réellement vérifié par les études scientifiques ?

31/10/2014

Christopher Kline vient de publier une revue de littérature1 qui expose l’état de la littérature à propos des relation entre activité physique et le sommeil.

La question du sommeil est enjeu de santé publique car une altération de sa qualité, des symptômes d’insomnie ou une insomnie caractérisée altèrent proportionnellement la santé physique et mentale des individus ainsi que leur qualité de vie.a

L’arsenal thérapeutique repose souvent sur la prescription médicamenteuse (e.g. hypnotiques). Ces traitements sont efficaces à court terme mais peuvent entraîner des effets délétères à moyen terme. La thérapie cognitivo-comportementale s’avère un traitement efficace mais sa disponibilité reste faible pour les patients.

La question de l’effet de l’AP sur le sommeil est une croyance fortement ancrée chez les soignants et la population générale. Paradoxalement, le nombre d’études sur ce sujet n’est pas très important. La plupart des études incluent des sujets sans ou avec de légers troubles du sommeil.

Une récente méta-analyse basée sur 6 études conclue que l’AP entraîne une légère amélioration de la qualité du sommeil subjectif chez des sujets âgés.

De plus, très peu d’études utilisent des marqueurs objectifs du sommeil (e.g. polysomnographie ou actimétrie).

Seulement 3 études évaluant l’effet de l’AP sur les symptômes d’insomnie ont été menées et les résultats divergent.

Il est important de noter aussi que quasiment aucune information n’est disponible sur la comparaison entre AP, TCC, hypnotiques…

En conclusion, le niveau de preuve scientifique est trop mince pour conclure à une réelle efficacité de l’AP sur le sommeil ou l’insomnie.

Remarques :

L’auteur reste prudent sur ses conclusions mais surestime quand même l’impact positif de l’activité physique.

Il y a un besoin important d’études dans ce domaine, et la présente revue est partielle car des études ne sont pas recensées comme celles présentés récemment à propos du sommeil, de l’AP chez les adultes touchés par des troubles dépressifs.

1. Kline CE. The Bidirectional Relationship Between Exercise and Sleep Implications for Exercise Adherence and Sleep Improvement. Am. J. Lifestyle Med. 2014:1559827614544437. doi:10.1177/1559827614544437.

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :