Skip to content

L’enseignant en Activité Physique a son référentiel !

27/08/2015

Référentiel Métier Enseignant en APALa Société Française des Professionnels en Activité Physique Adaptée (SFP-APA) a officiellement partagé aujourd’hui le Référentiel d’Activité et de Compétences de l’enseignant en Activité physique Adaptée. Un document exceptionnel de 130 pages, fruit d’un travail acharné et bénévole (voir la liste au bat de l’article) en collaboration avec le Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport de Lyon, qui décrit la profession, ses activités et compétences propres. Pêle-mêle vous y trouverez la définition officielle de l’Enseignant en APA (EAPA), de l’APA et de l’intervention en APA, les conditions d’exercice, les relations fonctionnelles avec les autres professionnels….

L’intérêt majeur de ce document repose sur la description des compétences transversales des EAPA, c’est à dire des compétences propres non dépendantes des populations encadrées (comme le veut trop souvent le milieu médical). Par la suite les auteurs du référentiel ont décliné ces compétences dans les secteurs d’intervention de l’EAPA : sanitaire, médico-social et social.

Personnellement, je suis très heureux de lire les pages 67-77: « L’enseignant en APA intervenant en soins psychiatriques« . Je stoppe la description de ce document ici, et invite les membres de la SFP-APA à le lire, le relire, le critiquer, le commenter sur le site dédié.

Pour voir plus loin, il faut s’interroger ensuite sur l’impact de ce document dans les Ministères de la Santé et du Sport et examiner si le milieu universitaire va s’en saisir afin de le faire connaitre aux étudiants, aux employeurs et aux décideurs. On peut même imaginer qu’à terme une révision des contenus de formation soit envisagée pour associer Référentiel métier et formation.

Souligner encore et toujours que l’activité physique adaptée en France repose sur ce que ses professionnels en font et en feront (comme le dit Shia LaBeouf). Ainsi par le biais de la SFP-APA, née en 2008, l’APA passe à la vitesse supérieure depuis 7 ans maintenant, n’en déplaise aux oiseaux de mauvaise augure et à ceux qui ne croient pas à le force du collectif, tentant uniquement de tirer leur épingle (personnelle) du jeu. Les adhérents de la SFP-APA récoltent aujourd’hui le fruit de leur action et soutien pour faire connaître et reconnaître l’APA, non uniquement pour eux mais pour les centaines de milliers de personnes (de 4 à 104 ans) qui tire, au quotidien, les bénéfices de cet accompagnement.

Remerciements: Jean Camy, Claire Perrin, Michel Fodimbi, Jean-Marc Barbin, David Communal, Mathieu Vergnault, Paquito Bernard, Emmanuelle Besson, Arnaud Bezombes, Grégory Caderby, Benjamin Cantele, Guillaume Chevance, Julie Debrock, Stéphane Dijoux, Elodie Esseul, Aude-Marie Foucaut, Jéromin Krebs, Florianne Livet, David Métron, Baptiste Mosimann, Andéol Ribon, Gilles Thöni.

6 commentaires leave one →
  1. 29/08/2015 5:35

    merci pour la question
    Le plus souvent le monde médical, voufrait des spécialiste de l’APA pour prendre en cahrge une pathologie (ex cancer du sein) ou un seul trouble (ex troubles métaboliques). Clairement leur demande c est un professionnel connaissant uniquement les traitements, risques recommandations de la pathologie ciblée. Or des le départ (voir les écrit rares de Clermont Simard), la formation en APA vise en prise en charge globale visant à mobiliser les compétences des individus indépendamment de leurs difficultés.

    • masson raphael permalink
      29/08/2015 6:47

      bonsoir, en tant que kiné, je dois aussi prendre en compte mon patient dans ses dimensions bio-psycho-sociales et je dois composer aussi avec mes compétences, mes affects, mes représentations… je dois aussi prendre en compte l’ebm dans la mesure du possible… bref le patient, le kiné et la patho forme un trinôme équilibré pour une « rencontre » thérapeutique efficiente.
      est ce pour le besoin de la construction d’un référentiel que les autres membres du trinôme sont mis de côté?
      bonne soirée

      • 29/08/2015 7:23

        Merci de votre commentaire mais je ne comprend pas réellement votre question. Pouvez-vous m’éclairer, SVP

        • masson raphael permalink
          30/08/2015 3:29

          bonjour n’ayant pas moi non plus compris votre première réponse, j’ai essayé de reformuler😉.
          une prise en charge globale du patient : « globale » veut dire le tout de la personne … mais donc pour vous global serait le tout moins les déficiences, incapacités et désavantages de la personne suivie?
          et
          vouloir se définir par soi-même en se séparant de ce qui donne sens à ce que vous êtes, n’est ce pas un peu « étrange »?

          bref votre « des compétences propres non dépendantes des populations encadrées  » me surprend toujours, mais n’étant pas eapa, je n’ai probablement pas vos codes de communication, ni vos grilles de lecture…

          en tout cas, le référentiel est très bien détaillé. Bon travail

        • 30/08/2015 8:37

          La vision globale de l individu ne veut pas dire faire l,impasse sur ses incapacités-déficience-désavantages, mais une PEC APA va majoritairement viser le faire avec en mobilisant le sujet à partir de ses capacités restantes afin qu il puisse évoluer au mieux au quotidien. Cette (trop) brève explication se conçoit facilement pour personne agée fragile par exemple ou un sujet BPCO. En revanche, c ‘est plus complexe à expliquer pour une prise en charge d’un enfant touché par des troubles autistiques ou une personne dépressive.

          Pour votre 2nd question, qui d’autres que nous même peut exactement nous définir. Pour rappel, le Référentiel se doit de définir un socle commun pour les titulaires d’un même diplôme.

          Pour terminer, « des compétences propres non dépendantes des populations encadrées », ce référentiel bien que faisant 130 pg (basé sur 60entretiens qualitatifs) ne eut à lui seul rendre compte de la complexité clinique en APA. Bien entendu, la relation au patient/usager, les recommandations EBM et le contexte dans lequel il évolue sont très importante. Mais je pense qu il est difficile pour des personnes extérieure initialement à l’APA de se rendre compte du spectre des type d,usagers et de structures ou un EAPA peut intervenir, avec pour certaine une vision plus éducative que sanitaire.

          Merci pour vos commentaires

  2. masson raphael permalink
    29/08/2015 10:56

    « L’intérêt majeur de ce document repose sur la description des compétences transversales des EAPA, c’est à dire des compétences propres non dépendantes des populations encadrées (comme le veut trop souvent le milieu médical) »

    bonjour, que voulez vous dire par là?
    merci

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :