Skip to content

Loi de modernisation du système de santé, immobilisme du sénat, l’activité physique ne compte pas

02/09/2015

Didier Delignières a récemment rappelé la décision des sénateurs(trices) sur Loi de modernisation du système de santé, précisément l’Article 35 bis A qui « prévoyait que le médecin traitant, dans le cadre du parcours de soins des patients atteints d’une maladie de longue durée, puisse prescrire une activité physique adaptée« . Il ajoute « Nous avons appris cet été que lors de l’examen en Commission des Affaires Sociales du Sénat, deux des trois amendements du projet de loi ont été supprimés. Ces amendements concernent l’inscription de l’activité physique et du sport comme outil de la politique nationale de santé publique (article 1), et le fameux article 35 bis A« .MikeGravelImmobileMan

Pourquoi parler de cela sur ce blog ? Le sous-titre de celui-ci est et demeure : L’activité physique de la science à la santé publique. Or pour de nombreux types de maladies chroniques, de nombreuses études soulignent les bénéfices de l’activité physique (selon certains caractéristiques, modulant les symptômes et la qualité de vie de nombreuses personnes). Plusieurs pays occidentaux, africains mettent en place ou ont établi des plans de qualité pour aider la population et les personnes fragiles à réaliser plus d’activité physique.

La France traîne, reste (largement) un cran en dessous dans ce domaine, l’activité physique dans les décisions de santé publique, on peut les chercher longtemps. Au moment, où les choses avancent au niveau législatif, les sénateurs freinent, direction l’immobilisme. Il est bon de se rappeler les promesses de 2012 dans le domaine de l’activité physique sur ce même blog.  On trouvait alors dans le programme du Parti Socialiste: « P27, Je garantirai pour tous les jeunes, valides ou non, la possibilité de pratiquer le sport dans un club ou une association. Je renforcerai la solidarité de l’économie du secteur professionnel vers le secteur amateur. Je m’appuierai sur le mouvement sportif pour organiser en France de grandes compétitions internationales. » Je laisse les lecteurs à leur analyse.

La commission précédemment citée se composent de sénateurs(trices) de tous les partis, de groupes d’étude, mais aussi de différents organismes ou conseils, parmi eux on retrouve par exemple: la Commission nationale d’agrément des associations représentant les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique, ou encore le Conseil national consultatif des personnes handicapées. Il serait bon de connaître le point de vue de ce type de conseil national, d’interroger les partis sur cette question…. mais tic tac le prochain débat public aura lieu le 14 septembre.

En conclusion, la Loi de modernisation du système de santé et l’activité physique, tout bouge pour que rien ne bouge. Le rapport INSERM sur les bénéfices de l’activité physique sur la santé date déjà de 2008, et toujours rien au niveau national. Heureusement, il y a l’expérimentation de Strasbourg pour faire du bruit, avec des titres accrocheurs repris sans réflexion aucune dans de nombreux journaux.

No comments yet

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :