Aller au contenu principal

L’activité physique pour mieux échanger avec les personnes qui m’entourent ?

26/01/2018

nebraska-maxresdefaultLes croyances populaires attribuent de (trop) nombreux bénéfices à l’activité physique. Parmi eux, le fait qu’une pratique physique régulière d’activité physique est un puissant outil de lutte contre l’isolement, notamment chez les personnes âgées. Une équipe de Birmingham au Royaume-Uni a souhaité traiter cette question en effectuant une revue de littérature systématique qui questionnait les effets de l’activité physique sur 5 indicateurs sociaux :

  1. la solitude,
  2. l’isolement social,
  3. le soutien social,
  4. le réseau social et
  5. le fonctionnement social (1).

Ils ont identifié 23 études représentant plus de 5200 participants. Celles-ci devaient tester l’effet d’une intervention d’activité physique chez des personnes de plus de 60 ans. La moitié des programmes incluaient aussi une activité sociale couplée à l’activité physique (ex : éducation à la santé, atelier cuisine). Les durées d’intervention s’étalaient de 6 à 54 semaines. Un tiers des études souffraient de limites méthodologiques importantes. Les auteurs ont mené une méta-analyse par indicateur social (quand c’était possible).

Une absence d’effet de l’activité physique est à noter pour le soutien social et le réseau social. En revanche, les interventions amélioraient significativement le fonctionnement social des participants âgés (avec une taille d’effet faible). Malheureusement, le nombre insuffisant d’études ne permettait pas aux auteurs de se prononcer à propos de la solitude et de l’isolement social.

Comme souvent dans les méta-analyses de ce type, les sous-analyses sont très intéressantes. Ainsi les programmes d’activité physique sans une activité associée montraient un effet plus important, mais aussi les interventions supervisées par un spécialiste. Cette revue de la littérature était nécessaire afin de confronter les croyances populaires aux faits disponibles dans la littérature scientifique (anglophone).

A la lecture de l’article, un Enseignant en Activité Physique Adaptée, un Kinésiologue ne doit pas être déçu, mais s’interroger sur les composantes de sa programmation d’activité physique qui pourraient majorer les effets sur le soutien social et le réseau social. On pense, par exemple, aux Enseignants en Activité Physique Adaptée qui évoluent dans des réseaux de santé ou à domicile qui peuvent modifier leurs pratiques professionnelles afin de favoriser les échanges, les aides inter-générationnelles, les « patient-pairs »… Peut-être que les réseaux sociaux, même chez les personnes âgées, ont un rôle à jouer.

1. Shvedko A, Whittaker AC, Thompson JL, Greig CA. Physical activity interventions for treatment of social isolation, loneliness or low social support in older adults: A systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials. Psychol Sport Exerc. 2018;34:128-137. doi:10.1016/j.psychsport.2017.10.003

Publicités
No comments yet

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :