Aller au contenu principal

Un conseil aux personnes avec des troubles dépressifs : « faites de l’activité physique à l’intensité que vous souhaitez ! »

11/02/2018

En octobre dernier un article du blogue présentait un essai clinique multicentrique incluant des adultes avec des troubles dépressifs modérés à élevés, répartis en 4 groupes : yoga (n=106), exercice physique de type aérobie de moyenne intensité (n=105), d’intensité élevée (n=99) ou soins usuels (n=310). Les programmes d’activité physique étaient supervisés et réalisés en groupe, 3*55minutes durant 12 semaines. La fréquence cardiaque durant l’effort était contrôlée dans 78 % des séances. Le niveau de dépression était évalué avec l’hétéro-questionnaire de Montgomery (pre-post intervention).Capture du 2018-02-11 17-35-50

Les auteurs concluaient à une absence de différence d’efficacité de l’exercice physique sur la dépression en fonction de l’intensité de pratique en fin d’intervention. En d’autres termes, pratiquer une activité physique à trois reprises durant la semaine, durant 12 semaines, diminue le niveau de dépression de la même manière pour le yoga, l’exercice physique modérément ou très intense.

Cette même équipe, a récemment publié les résultats concernant les effets de cette même étude 12 mois après l’intervention. Résultats =

  • Les bénéfices de l’exercice perdurent dans le temps.
  • Le participants au groupe yoga était ceux qui demeuraient les plus améliorés en comparaison au groupe soins usuels.
  • Les participants au groupe d’activité physique d’intensité élevée ou modérée obtenaient aussi des bénéfices à long terme mais avec une diminution moins importante.

Ces résultats ont une conséquence importante pour les cliniciens souhaitant réaliser la promotion de l’activité physique auprès de leurs patients. En d’autres termes, appliquer les recommandations du Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT). Le message est clair : « faites de l’activité physique à l’intensité que vous souhaitez ! ».

Pour pousser la réflexion : on a tendance à oublier que l’adhésion aux interventions d’activité physique est relativement mauvaise (entre 50 et 60 % des séances prévues sont effectivement réalisées). Imaginez ce que seraient les résultats de l’exercice physique, si on réussissait à motiver les participants à s’entraîner plus régulièrement.

Helgadóttir, B., Forsell, Y., Hallgren, M., Möller, J., & Ekblom, Ö. (2017). Long-term effects of exercise at different intensity levels on depression: A randomized controlled trial. Preventive Medicine, 105, 37–46. https://doi.org/10.1016/j.ypmed.2017.08.008

No comments yet

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :