Aller au contenu principal

Le football (soccer) est-il associé à une meilleure santé mentale chez les joueurs, les arbitres et les supporters ?

04/01/2019

Une revue de littérature en accès libre tente de répondre à cette question. Les auteurs anglais ont identifié 17 Jean-Marc - Jimmy - ADJOVI-BOCCO Panini RC Lens 1994études (Heun & Pringle, 2018). Ils concluent que la prévalence ou l’incidence de troubles de santé mentale sur les 12 derniers mois est similaire ou légèrement supérieure à celle de la population générale. En revanche, les études chez les joueurs amateurs adolescents ou spectateurs indiquaient que jouer ou regarder du football pourrait être associé à une santé mentale auto-rapportée plus altérée. Les auteurs soulignent aussi l’absence de preuve solide d’effets positifs du football sur la santé mentale lorsque des programmes sont élaborés spécifiquement dans ce but (en ligne avec le précédent article présenté dans le blogue) .

3127817308_1_2_5yoIn02RPour les curieux, la revue de littérature présente des études originales comme l’impact de la coupe du monde sur la santé mentale ou les accueils en urgence, ou encore, l’utilisation du football à des fins d’amélioration des échanges entre communauté au Sierra Leone ou en Australie.

L’étude est assez strict sur ses critères d’inclusion, rendant les conclusions discutables. De plus, les auteurs soulignent que les études sur les troubles de santé mentale utilisaient uniquement des questionnaires génériques. Il y a trop peu d’études disponibles pour se construire un avis solide. Les effets du football sur les spectateurs est peut être aussi trop éphémère pour être capté avec des devis d’étude classiques et ou trop influencé par des biais de rappel.

s-l300Comment auriez-vous jugé votre santé mentale le 12 juillet dernier ? Comment vous sentez-vous lorsque vous vous rappelez que le Racing Club de Lens est descendu en Ligue 2 ?

Heun, R., & Pringle, A. (2018). Football does not improve mental health: a systematic review on football and mental health disorders. Global Psychiatry, 1(1), 25–37. https://doi.org/10.2478/gp-2018-0001

Publicités
No comments yet

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :