Skip to content

L’activité physique améliore le comportement et les fonctions cognitives chez des enfants touchés par des troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité.

01/05/2012

L’objectif de l’étude québecquoise de Verret et al. (2012) était d’explorer les effets d’un programme d’AP d’intensité modérée à élevé chez des enfants présentant un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TADH) sur la condition physique, les fonctions cognitives et leur comportement.

21 enfants ont été recrutés (10 enfants dans le groupe AP) d’âge moyen de 9.1 ans. Le diagnostique était établit à partir de DSM IV-R (voir les critères précis au bas de l’article).

Programme : 10 semaines, 3 fois par semaine, 45 min, intensité contrôlée par polar (1/semaine), natures d’activités physiques très variées.

Évaluations

Test of Gross Motor Development-2 (TGMD-2, Ulrich, 2000)

Souplesse-Endurance musculaire

Capacité aérobie = Bruce maximal progressive treadmill test

Mesure des Comportements = Child Behavior Check-list (CBCL; Achenbach, 1991)

Mesure Neuropsychologiques

Capacité attentionnelle = Test of Everyday Attention for Children (Tea-Ch; Manly, Robertson, Anderson, & Nimmo-Smith, 1999)

Attention divisée = Sky Search DT (Tea-Ch)

Principaux Résultats pour le groupe expérimental

Diminution des comportements à problème relevés par les parents (p=.038) et des sous dimensions problèmes sociaux, problèmes attentionnels, et pensées problèmes (par rapport au groupe contrôle).

Pour la condition physique, seulement la capacité musculaire a significativement augmenté (par rapport au groupe contrôle).

Diminution significative du temps de recherché visuelle (par rapport au groupe contrôle).

Discussion

L’étude comporte des limites importantes (échantillon de faible taille, pas de randomisation, analyse statistique discutable).

Malgré tout, ces résultats interrogent sur les mécanismes sous-jacents de l’AP sur le comportement et l’attention (voir l’article de d’Hilman dans Nature Reviews).

Au niveau clinique, cela ouvre les portes de la validation des pratiques d’APA auprès de des enfants TADH. Il serait intéressant d’évaluer les effets d’un programme d’activités physiques adaptées sportives sur les apprentissages scolaires et l’intégration de ce type d’enfants.

 Verret C, Guay MG, Berthiaume C, Gardiner P and Béliveau L. A Physical Activity Program Improves Behavior and Cognitive Functions in Children With ADHD : An Exploratory Study. Journal of Attention Disorders, 2012 16: 71.

Hillman, C. H., Erickson, K. I., & Kramer, A. F. (2008). Be smart, exercise your hearth: Exercise effects on brain and cognition. Nature Reviews, 9, 58-65.

 Cet article est à metre en lien avec le livre CORPS ET PSYCHIATRIE Psychopédagogie des activités physiques et sportives – François Brunet, Michel Couette- Edition ENSP (1992).

CRITERES DIAGNOSTIQUES DU TROUBLE : DEFICIT DE L’ATTENTION/HYPERACTIVITE  A) Présence de (1) ou de (2) : (1)Six des symptômes suivants d’inattention (ou plus) ont persisté pendant au moins 6 mois, à un degré qui est inadapté et ne correspond pas au niveau de développement de l’enfant :
  • a) Souvent ne parvient pas à prêter attention aux détails ou fait des fautes d’étourderie dans les devoirs scolaires, le travail ou d’autres activités ;
  • b) A souvent du mal à soutenir son attention au travail ou dans les jeux ;
  • c) Semble souvent ne pas écouter quand on lui parle personnellement ;
  • d) Souvent, ne se conforme pas aux consignes et ne parvient pas à mener à terme ses devoirs scolaires, ses tâches domestiques ou ses obligations professionnelles (non dû à un comportement d’opposition ni à une incapacité à comprendre les consignes) ;
  • e) A souvent du mal à organiser ses travaux ou ses activités ;
  • f) Souvent évite, a en aversion, ou fait à contrecoeur les tâches qui nécessitent un effort mental soutenu (comme le travail scolaire ou les devoirs à la maison) ;
  • g) Perd souvent les objets nécessaires à son travail ou à ses activités (jouets, cahiers, crayons, livres, outils) ;
  • h) Souvent se laisse facilement distraire par des stimuli externes ;
  • i) A des oublis fréquents dans la vie quotidienne.
(2) Six des symptômes suivants d’hyperactivité/impulsivité (ou plus) ont persisté pendant au moins 6 mois, à un degré qui est inadapté et ne correspond pas au niveau de développement de l’enfant : Hyperactivité
  • a) Remue souvent les mains ou les pieds ou se tortille sur son siège ;
  • b) Se lève souvent en classe ou dans d’autres situations où il est supposé rester assis ;
  • c) Souvent, court ou grimpe partout, dans les situations où cela est inapproprié ;
  • d) A souvent du mal à se tenir tranquille dans les jeux ou les activités de loisir ;
  • e) Est souvent « sur la brèche » ou agit souvent comme s’il était « monté sur ressorts » ;
  • f) Parle trop souvent ;
Impulsivité
  • g) Laisse souvent échapper la réponse à une question qui n’est pas encore entièrement posée ;
  • h) A souvent du mal à attendre son tour
  • i) Interrompt souvent les autres ou impose sa présence (par exemple fait irruption dans les conversations ou dans les jeux).
 B) Certains des symptômes d’hyperactivité/impulsivité ou d’inattention ayant provoqué une gêne fonctionnelle étaient présents avant l’âge de 7 ans.  C) Présence d’un certain degré de gêne fonctionnelle liée aux symptômes dans deux ou plus de deux types d’environnement différents (par exemple école, travail, maison).  D) On doit mettre clairement en évidence une altération cliniquement significative du fonctionnement social, scolaire ou professionnel.  E) Les symptômes ne surviennent pas exclusivement au cours du trouble envahissant du développement, d’une schizophrénie, ou d’un autre trouble psychotique, et ils ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental (trouble thymique, trouble anxieux, trouble dissociatif ou trouble de la personnalité). Sous-types cliniques  Déficit de type mixte ou combiné : les critères Al et A2 sont satisfaits pour les 6 derniers mois.  Déficit de type inattention prédominante : le critère Al est satisfait pour les 6 derniers mois mais pas le critère A2.  Déficit de type hyperactivité/impulsivité prédominante : le critère A2 est satisfait pour les 6 derniers mois mais pas le critère Al.
No comments yet

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :