Skip to content

L’entraînement fractionné de haute intensité, la meilleure solution pour perdre du poids ?

25/05/2017

RunFatBoyRun4L’entraînement fractionné de haute intensité (HIIT, (« High Intensity Interval Training« )) est un type d’entraînement qui combine des courts intervalles d’effort d’intensité (très) élevée et des périodes fixes d’activité moins intense. Ce type de programme d’exercice physique est très médiatisé et souvent présenté comme la méthode la plus efficace pour perdre du poids. Mais que disent les études ? Es-ce basé sur des données probantes ?

Dans le numéro de Juin, la revue Obésité Reviews publie une méta-analyse qui recense les études interventionnelles avec un groupe contrôle qui utilise un programme de type HIIT ou d’intensité modérée continue (Wewege et al., 2017). Les études devaient recruter uniquement des adultes de 18-45 ans en surpoids ou obèses sans comorbidité somatique.

Les analyses statistiques (sur 13 études) montrent que les deux types d’intervention entraînent une diminution significative de la masse grasse corporelle (~2kg) et du tour de taille (~3cm). Il n’y a aucune différence significative entre l’entraînement de type HIIT ou d’intensité modérée continue sur ces marqueurs (même magnitude). Les taux de sortie d’étude, d’adhésion ne sont pas différents. Très peu d’études renseignent les effets négatifs de l’exercice (e.g., déchirure musculaire, douleurs articulaires…).

Cette étude permet réellement de relativiser le potentiel de l’entraînement HIIT sur l’entraînement plus ‘classique’. De plus, le nombre d’étude est faible et la quasi totalité des études inclues sont réalisées sur de très petits effectifs (<15 participants). En conséquence, il est impossible de comparer ces entraînements sur le changement des habitudes de vie ou le maintien de la perte de masse grasse à moyen terme. Plus largement, on peut s’interroger sur l’intérêt du HIIT si celui-ci n’est utilisé qu’avec des sujets ‘non comorbides’, ce qui éloigné de la réalité clinique.

Le type et le niveau d’activité physique sont liés à la santé mentale chez des adultes vivant dans les quartiers défavorisés.

04/05/2017

ccq-PPhil Mason et al. ont publié une étude transversale intéressante sur deux points : les participants (peu étudiés dans le champ de l’activité physique) et la caractérisation de l’ activité physique (AP) (ici les auteurs distinguent niveau d’AP : faible, modéré, élevé et types d’activité [tâches ménagères, déplacement actif..]). (voir aussi un précédent article) Il posait 3 questions : comment les types et niveaux d’AP différent parmi les participants, les niveaux d’AP différent-ils en fonction de la diversité des types d’AP et comment le type et niveau d’AP sont associés à la santé mentale.

2654 participants adultes vivant dans divers quartiers défavorisés de différentes villes écossaises ont répondu aux questionnaires d’AP (e.g., IPAQ) et de santé mentale (i.e., WEMWBS). Des analyses multi-niveaux ont utilisées afin de prendre en compte la structure hiérarchique des données.

Comment les types et niveaux d’AP différent parmi les participants ?

  • Le niveau d’AP le plus bas était retrouvé chez les femme de plus de 40 ans, sans emploi.
  • 29 % des participants déclarait être touché par une affection de longue durée.
  • Le type d’AP était influencé par le degrés d’obligation. Par exemple, les personnes avec emploi réalisaient plus de transport actif.Capture du 2017-05-04 09-16-04

Les niveaux d’AP différent-ils en fonction de la diversité des types d’AP ?

  • Un plus haut niveau d’AP était associé à l’AP au travail, le transport actif au loisir et aux activités de famille.
  • Le plus important est que la diversité des types d’AP était associée à un plus haut niveau d’AP.
  • L’écart entre les types d’AP était peu expliqué par la variation entre les quartiers.

Comment le type et niveau d’AP sont associés à la santé mentale ?

  • L’AP de loisir et les activités familiales sont associées à une augmentation de plus de 1,5 au score de bonne santé mentale, INDÉPENDAMMENT du niveau d’AP.
  • L’association positive entre le transport actif et une meilleur santé mentale est retrouvée uniquement chez les personnes déjà hautement actives.
  • Un haut niveau d’AP n’était pas associé à une meilleure santé mentale.
  • Chez les adultes avec une atteinte de longue durée, l’AP de type tâche ménagère et au travail était associé positivement à la santé mentale.
  • Quand on s’intéresse à la diversité des types d’AP, celle-ci influence positivement la santé mentale chez les adultes déjà hautement actifs.

Que retenir ?

Promouvoir la diversité des types d’AP pourrait être un facteur clé pour faciliter l’augmentation de l’Activité Physique des personnes vivant en milieu défavorisé.

Le transport actif est un facteur important pour aider les personnes à atteindre un niveau d’AP modéré.

Clairement, cette étude fournit des informations non négligeables pour lutter contre les inégalités sociales dans le cadre de la santé publique.

Mason, P., Curl, A., & Kearns, A. (2016). Domains and levels of physical activity are linked to adult mental health and wellbeing in deprived neighbourhoods: A cross-sectional study. Mental Health and Physical Activity, 11, 19–28. https://doi.org/10.1016/j.mhpa.2016.07.001

Déterminants du transport actif chez des mères de Californie, perspectives sur l’activité physique

17/03/2017

Dans un précédent article, nous avons présenté des travaux qui illustraient la complexité de l’activité physique (AP) (voir exemple), en terme de durée, intensité, buts de pratique, type de pratique dans un échantillon d’adulte français.

tu dors nicole 1Rebecca Lee a développé des études sur ces différents types d’AP et leurs variations respectives en fonction de facteurs socio-économiques. L’article résumé se centre particulièrement sur le transport actif. Les auteurs soulignent que les mesures de l’AP uniquement centrées sur les AP de loisirs pourraient entraîner une vision trop restreinte de l’AP, notamment chez des personnes avec de plus faibles moyens. Dans un autre exemple, ils soulignent que les adultes avec des marqueurs socio-économiques bas, ont une part d’AP au travail beaucoup plus élevée.

L’étude investiguait les relations entre l’AP de loisirs, au travail et dans les transports actifs dans un échantillon représentatif des mères de Californie. Des analyses étaient aussi réalisées afin d’identifier les déterminants du transport actif soit réalisé pour aller au travail (pour celles en ayant un), soit réalisé dans l’ensemble des déplacements (excepté ceux liés au travail).

La totalité des mesures étaient réalisées avec des questionnaires auto-rapportés chez environ 2900 participants. Les prévalences de transport actif réalisé pour aller au travail étaient comprise entre 12,8 et 15,1 % en fonction des tranches d’âge. Les prévalences de transport actif réalisé hors travail étaient comprise entre 8,5 et 10 % en fonction des tranches d’âge.

Les analyses multivariées exploraient les associations entre déterminants socio-économiques et transport actif, en contrôlant les analyses pour des facteurs individuels et le niveau d’AP de loisirs ou au travail.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les images ci-dessus synthétisent les associations significatives.

Globalement, les indicateurs de faible niveau socio-économique sont associés au transport actif, résultats contraires à ce qui a été retrouvé en Europe. Cette étude ne trouve pas d’association entre les différents types d’AP, on peut penser qu’il y a une absence de compensation entre les différents types d’AP. En conclusion, la promotion de l’activité physique devrait viser plusieurs types d’activité physique.

Merci à KSO pour l’article

Lee, R. E., Lorenzo, E., Heck, K., Kohl, H. W., & Cubbin, C. (2017). Interrelationships of physical activity in different domains: Evidence from the Geographic Research on Wellbeing (GROW) study. Journal of Transport & Health. https://doi.org/10.1016/j.jth.2017.02.004

Quels sont les facteurs qui entraînent la sortie d’une intervention d’activité physique chez des adultes avec un trouble mental sévère ?

19/02/2017

dropout_1970_filmDeux auteurs bien connus chez les lecteurs de littérature scientifique sur l’activité physique en psychiatrie ont respectivement produit une revue de la littérature sur la question de la sortie des interventions d’activité ou d’exercice physique dans les études cliniques.

Si en premier lieu, ces travaux pourraient sembler intéressants uniquement chez les chercheurs, ils sont aussi riches d’enseignement pour les cliniciens (kinésiologues, Enseignant en APA, psychiatres, psychologues…). En effet, les auteurs livrent les taux d’abandon d’étude et examinent statistiquement les facteurs associés à ces sorties. Même si les détracteurs des essais cliniques soulignent souvent que les participants aux études sont moins « sévèrement » affectés que la population ciblée, il est possible de penser que ces résultats sont transposables dans la pratique clinique, mais que les prévalences et associations statistiques soient plus ou moins marquées dans la réalité.

Stubbs et al. (2016) ont réalisé une revue de la littérature afin d’inclure l’ensemble des essais cliniques proposant un programme d’activité ou d’exercice physique à des adultes affectés par un épisode dépressif majeur ou des troubles dépressifs. Cela représente 40 études et 52 interventions d’AP. Pour les participants avec des troubles schizophréniques, Vancampfort et al. (2016) ont identifié 19 études et 23 interventions d’AP.

Taux d’abandon (dropout) était de 18,1 % (95%IC 15 – 21,8%) pour les études sur la dépression

Facteurs associés à la sortie de l’intervention (nature de la relation () ).

  • Niveau de dépression au départ de l’intervention(+)
  • Participant accueillis à temps complet à l’hôpital(+)
  • Activité physique supervisée par physiothérapeute ou un spécialiste de l’exercice physique (-) (versus personnel éducatif ou autre)

Facteurs non associés : % de femmes dans l’échantillon,% de participants avec antidépresseurs, Durée de l’intervention, Type d’exercice,

Taux d’abandon (dropout) était de 26,7 % (95%IC 19,7 – 35%) pour les études sur les troubles schizophréniques

Facteurs associés à la sortie de l’intervention (nature de la relation () ).

  • Intensité d’effort faibles ou modérées (-)
  • Activité physique supervisée par un professionnel (-)
  • Encadrant spécialisé en activité physique (-)

Facteurs non associés : Moyenne d’age, % d’homme, Indice de masse corporel, Dose de traitement, Niveau des symptômes

S’il fallait un argument solide pour souligner la place des spécialistes de l’exercice physique dans les interventions d’activité physique au sein des soins psychiatriques. Ces deux travaux viennent souligner que la présence de professionnel dans l’encadrement de personne touchées par une dépression ou des troubles schizophréniques est un frein important à l’abandon de programme.

Stubbs, B., Vancampfort, D., Rosenbaum, S., Ward, P. B., Richards, J., Soundy, A., … Schuch, F. B. (2016). Dropout from exercise randomized controlled trials among people with depression: A meta-analysis and meta regression. Journal of Affective Disorders, 190, 457–466. https://doi.org/10.1016/j.jad.2015.10.019

Vancampfort, D., Rosenbaum, S., Schuch, F. B., Ward, P. B., Probst, M., & Stubbs, B. (2016). Prevalence and predictors of treatment dropout from physical activity interventions in schizophrenia: a meta-analysis. General Hospital Psychiatry, 39, 15–23. https://doi.org/10.1016/j.genhosppsych.2015.11.008

Relations temporelles entre activité physique, sédentarité et sport & les troubles anxieux et dépressifs chez des adultes

04/02/2017

moonlight-poster-cut1-750x400Les études observationnelles examinant les relations entre l’activité physique (AP) et la présence ou non de symptômes dépressifs ou anxieux sont assez nombreuses. Cependant, les études prospectives sont plus rares, et les études avec mesures répétées le sont encore plus. Celles-ci examinent le plus souvent l’impact du niveau d’AP à un T0 sur la sévérité d’un trouble mental à T1. Mais à ce jour, très peu de données sont disponibles sur la relation inverse, c’est à dire, si un niveau de symptômes dépressifs ou anxieux à T0 est associé à des niveaux d’AP à T1…. Deux points méthodologiques clés sont aussi souvent retrouvés dans les études précédentes, une caractérisation de l’AP uniquement sous forme de dépense énergétique ou durée hebdomadaire à une certaine intensité ; une évaluation des symptômes anxieux ou dépressifs réalisée uniquement à l’aide d’auto-questionnaires.

L’étude de Hill et al. sous presse dans la revue Psychological Medicine a tenté de dépasser l’ensemble de ces limites en réalisant une nouvelle analyse des données NESDA (Netherlands Study of Depression and Anxiety).capture-du-2017-02-04-16-23-57

Ci dessus, le devis de l’étude résumé. Les participants à chaque temps de mesure pouvaient ainsi être classifié : trouble anxieux ET OU dépressifs durant les 6 derniers mois, trouble anxieux ET OU dépressifs en rémission, absence d’antécédent de trouble. L’AP était caractérisée de plusieurs manières : fréquence de participation sportive en dehors de chez soi, niveau général d’AP la semaine précédent l’évaluation (MET/min/semaine), temps passé assis (sédentarité)

Anxiété/dépression ——— > AP, sport, sédentarité

Analyses les plus intéressantes montrent :

  • relation effet-dose entre l’augmentation des scores de dépression ou d’anxiété et la diminution de la fréquence d’activité sportive 2 ans plus tard
  • les participants «  trouble anxieux ET OU dépressifs durant les 6 derniers mois », « trouble anxieux ET OU dépressifs en rémission » avaient aussi une diminution de la fréquence d’activité sportive 2 ans plus tard
  • relation effet-dose entre l’augmentation des scores de dépression ou d’anxiété et la diminution du niveau général d’AP (MET/min/semaine) 2 ans plus tard
  • la présence d’un trouble anxieux seul ou associé à un trouble dépressif était associé à une diminution du niveau général d’AP (MET/min/semaine) 2 ans plus tard (mais absence de relation significative entre trouble dépressif et AP)
  • Le temps assis hebdomadaire n’est associé uniquement qu’à la présence d’un trouble dépressif et anxieux deux ans auparavant

AP, sport, sédentarité ——— > Anxiété/dépression

  • Uniquement la fréquence de participation sportive est associée à une diminution des score de dépression et d’anxiété 2 ans plus tard.
  • L’impact de l’AP, le sport, la sédentarité sur la présence d’un trouble anxieux ou dépressif est impactée par le fait que le trouble était ou non déjà présent au temps évaluation précédent (2 an plus tôt). Lorsque c’est le cas, le niveau général d’AP (MET/min/semaine) et la fréquence de pratique sportive sont des facteurs protecteurs de présence d’un trouble. Une sédentarité accrue est quand a elle à un risque supérieur de trouble 2 ans plus tard, même lorsqu’on contrôle le niveau d’AP.

Schémas ci-dessous résument les résultats.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’étude est d’un grand intérêt pour démontrer qu’au de là uniquement de la dépense énergétique, la nature de l’AP pratiquée influence elle même des marqueurs de santé mentale, qu’ils soient auto-rapporté ou évalués cliniquement. Des efforts sont encore à produire pour développer l’emploi d’outils de mesure plus stricts mais l’étude souligne les intrications entre AP, sport, sédentarité et marqueurs de dépression et anxiété.

Hiles, S. A., Lamers, F., Milaneschi, Y., & Penninx, B. W. J. H. (2017). Sit, step, sweat: longitudinal associations between physical activity patterns, anxiety and depression. Psychological Medicine, 1–12. https://doi.org/10.1017/S0033291716003548

Jardiner, est-ce associé positivement à la santé ?

23/01/2017

Deux chercheurs japonais et un anglais ont souhaité réaliser une revue de littérature systématique sur cet question. Ils débutent par définir selon eux, le jardinage : « Activité extérieure dans laquelle une personne fait pousser, cultive et prend soins de plantes, fleurs ou légumes dans un but non-commercial. Cette activité ne se limite pas à une activité dans un cadre domestique mais inclut aussi les jardins communautaires ou ouvriers. »

Ils ont identifié 22 études menées en Europe, aux USA et en Asie. La moitié d’entre elles incluaient des participants touchés par un trouble mental (dépression…). Trois types de jardinage ont été retrouvés, la thérapie par l’horticulture (12 études), le jardinage quotidien et le jardinage dit ‘expérimental’.

71Les auteurs ont mis en place une méta-analyse pour répondre à leur question initiale. Les types de variables sont tellement éparses, que c’est peut être malvenue, mais en tout cas ils identifient une association modérée significative entre ‘Jardinage et santé’ (dépression, affect, fatigue, densité minérale, poids, stress….). L’analyse visuelle du graphique semble associer positivement le Jardinage et la baisse du niveau de dépression, l’amélioration de la qualité de vie et l’estime de soi. Deux études obtiennent une augmentation significative du niveau d’activité physique.

Même si la présente étude a de nombreuses limitations, elle illustre au moins le rôle que pourrait avoir le développement plus important des jardins communautaires ou ouvriers comme stratégie locale pour augmenter le niveau d’activité physique. Si l’activité physique s’articule autours de plusieurs composantes (exercice physique, sport, transport actif, activités domestiques et au travail), on oublie souvent le jardinage dans cette dernière. Comme le propose le modèle écologique de l’activité physique (voir précédent article), une collaboration entre architectes, urbanistes et décideurs de la santé publique pourrait majorer la dépense énergétique de nombreuses personnes souvent peu sensibles au programme d’activité physique (trop) souvent pensés uniquement dans des cours de gym collectifs en jogging.

Soga, M., Gaston, K. J., & Yamaura, Y. (2017). Gardening is beneficial for health: A meta-analysis. Preventive Medicine Reports, 5, 92–99. https://doi.org/10.1016/j.pmedr.2016.11.007 L’article est en accès libre.

Deux rendez-vous en 2017 à propos de l’Activité Physique et de la santé

03/01/2017

Une septième année pour le blogue. 2017 sera riche de deux rassemblements de passionnés de la question de l’activité physique pour la santé, respectivement à Montréal et Paris. Le 12 mai 2017, une journée du congrès de l’ACFAS, est réservée à la question de l’Activité physique et de la santé mentale. J’ai le plaisir de la co-organiser avec AJ Romain. Nous souhaitons vivement mettre en avant une approche multidisciplinaire de cette question, un appel à communication est en cours jusqu’au 10 février 2017 (pour plus de détails, voir le site).

Le 8 et 9 juin 2017 à Bobigny (proche de Paris) se déroulera la 3e édition du Congrès National des Professionnels des Activités Physiques Adaptées (CNP-APA). C’est le rendez-vous incontournable des Enseignants APA en France (pour plus de détails, voir le site dédié).

Les lecteurs du blogue auront peut-être remarqué que 2016 a vu un nombre moindre de publication , majoritairement due à de nouvelles perspectives professionnelles de mon côté. Cependant, je poursuis l’ambition de publier des articles qui viennent questionner les relations entre activité physique, santé (mentale) et prévention ; présenter des visions plus complexes de la promotion de l’AP et souligner les apports de la psychologie aux pratiques cliniques des kinésiologues et Enseignants APA. Mais aussi lutter contre les idées reçues : « sport-santé », prescription d’un comportement, promotion de l’AP non factuelle….

Débutons 2017 avec des vidéos d’illustration du pire, du meilleur des pratiques sportives et aussi de l’activité physique « utilitaire et plaisante ».

Partagez l’adresse de ce blogue par Facebook, Twitter, critiquez les articles postés, bref, continuez de faire vivre ce blogue.

L’exercice physique améliore-t-il le sommeil d’adultes traités pour un cancer ? Non, mais…

04/12/2016

Une revue de littérature systématique à paraître dans la revue Sleep Medicine Reviews tente de répondre à cette question (1). La prévalence de troubles du sommeil durant une chimiothérapie est 3 fois plus élevée qu’en population générale et les troubles sévères ont tendance à perdurer après la fin du traitement.le-bruit-des-glacons-le-cancer-albert-dupontel-charles-faulque-jean-dujardin

Mercier et al. (2016) (1) ont examiné les articles disponibles qui évaluaient les effets d’une intervention d’exercice physique durant ou post-traitement oncologique à l’aide d’outils spécifiques comme l’index de qualité de sommeil de Pittsburgh ou un actimètre. Les essais randomisés contrôlés étaient ensuite utilisés pour une méta-analyse.

  • 21 études ont été identifiées
  • 14 ERC utilisaient l’index de qualité de sommeil de Pittsburgh
  • Respectivement, 3 et 2 interventions mesuraient le sommeil objectivement (latence d’endormissement et efficacité du sommeil)
  • 33 % des études obtenaient une amélioration significative du sommeil
  • Les méta-analyses ne démontraient aucun effet de l’exercice sur la qualité du sommeil ou les marqueurs objectifs présentés plus haut.

A ce jour, aucune conclusion ne peut être faite à propos des bénéfices de l’exercice sur le sommeil en oncologie. En effet, le nombre d’étude est peu important et aucune d’entre-elles n’étaient menées dans le but de traiter cette question.

Il est urgent de développer des études qui évaluent une programme d’exercice ou d’activité physique en évaluant le sommeil objectivement. A ce titre, un très récent article avec cet objectif (non inclus dans la revue)  obtient des résultats mitigés (2).

Déclaration d’intérêts : co-auteur de la revue de Mercier et al. (2016)

1. Mercier J, Savard J, Bernard P. Exercise interventions to improve sleep in cancer patients: A systematic review and meta-analysis. Sleep Medicine Reviews (2016)

2. Chen H-M, Tsai C-M, Wu Y-C, Lin K-C, Lin C-C. Effect of walking on circadian rhythms and sleep quality of patients with lung cancer: a randomised controlled trial. British Journal of Cancer. 2016 Nov 22;115(11):1304–12.

Promotion de l’activité physique et prévention de la sédentarité : la même pour tous ?

19/11/2016

392471Voici un article de chercheurs français que j’utilise lors de mes cours sur la promotion de l’activité physique, la lutte contre la sédentarité et les questions qui en découlent. Cette étude investiguait la sédentarité et de l’activité physique (AP) dans un échantillon d’adulte comme deux comportements distincts (voir un précédent article à ce sujet). Son intérêt majeur se retrouve aussi dans la volonté des auteurs de tenter d’identifier des groupes ayant des caractéristiques spécifiques. Enfin, l’AP n’était pas uniquement traitée comme une dose (durée de pratique à une intensité donnée) mais aussi comme des AP de différents domaines (AP au travail et à domicile, AP pour les transports (e.g., vélo), AP de loisirs).

Ces deux comportements étaient évalués à l’aide du Global Physical Activity Questionnaire chez 3324 adultes (1468 hommes) lors de l’Enquête Baromètre Santé en 2008. Les analyses statistiques permettent d’identifier 5 groupes différents représentant entre 5 à 41 % de l’échantillon, voir ci-dessous.capture-du-2016-11-19-20-07-55

Je reproduis ensuite la figure clé de l’article qui permet de distinguer les différentes caractéristiques de groupe en terme de domaines d’AP, de dose d’AP et de dose de sédentarité. Les auteurs ont, par le suite, tenté d’identifier les facteurs associés à ces différents groupes. La nature de la profession ou le niveau de revenu pouvaient être associés plus particulièrement à certains groupes. Capture du 2016-11-19 20-09-02.png

La mise à jour de profils particuliers dans un échantillon assez représentatif de population générale questionne l’intérêt des démarches de prévention/promotion de la santé globale. La discussion de l’article aborde la question d’une promotion des comportements de santé qui pourrait être différenciée en fonction de groupes sociaux particuliers.

Nous avons besoin de plus d’études qui cherchent à identifier des sous groupes en terme d’AP et de sédentarité, qui évaluent ces comportement objectivement et longitudinalement pour mieux comprendre comment ils évoluent à terme.

La prévention ciblant des professions particulières ou des populations plus précaires socialement pourrait se révéler plus adaptée et efficace pour changer des comportements de santé.

1. Omorou AY, Coste J, Escalon H, Vuillemin A. Patterns of physical activity and sedentary behaviour in the general population in France: cluster analysis with personal and socioeconomic correlates. Journal of Public Health. 2016 Sep;38(3):483–92.

Les affects à la suite d’une 1er séance d’activité physique, un marqueur clinique pertinent ?

12/11/2016

L’équipe de Trivedi [1] a récemment publié une sous analyse de l’essai clinique TREAD. Rapidement, cet essai clinique incluait des adultes qui ne répondaient pas ou peu à un traitement par antidépresseur. Ils étaient répartis aléatoirement dans un groupe réalisant une dose d’activité physique (AP) équivalente aux recommandations (180 minutes hebdomadaires) ou dans un groupe réalisant une plus faible dose (45 minutes hebdomadaires) d’AP durant 12 semaines. Les participants réalisaient une AP supervisée dans les premières semaines puis de façon autonome par la suite.joker-empire-suicide-squad-cover-feature

Les auteurs ont investigué les questions suivantes : la réponse affective à la première séance de d’AP prédit-elle l’effet des interventions à 12 semaines, ce potentiel effet est-il modéré par la dose d’AP et l’adhésion au programme ?

A la suite de leur inclusion, les participants réalisaient la première séance d’AP (à intensité libre d’effort). Des la fin de celle-ci, ils répondaient au questionnaire : Positive and Negative Affect Scale (PANAS). Ainsi pour chacun, un score d’affect positif et négatif était obtenu, et un score composite (affect positif – affect négatif).

Le niveau de dépression était évalué de manière hebdomadaire par un clinicien (Inventaire de symptomatologie dépressive). Les auteurs classifiaient les participants comme répondant s’ils diminuaient leur score initial de 50 % et comme en rémission si le score était < 13.

Résultats : La réponse affective à la 1er séance d’AP prédisait :

  • une diminution du score de dépression
  • un taux plus élevé de répondant et de rémission en fin d’intervention
  • Ces résultats n’étaient retrouvés que chez les participants à l’intervention 180 minutes hebdomadaires d’AP.

Cette étude souligne l’impact prédicteur de la réponse affective à une première séance d’AP à intensité libre. Il pourrait donc avoir un intérêt à évaluer en pratique cette réponse affective afin d’anticiper ou d’identifier les patients potentiels moins répondeurs. Cette analyse mets aussi en lumière le rôle majeur des affects dans le cadre de l’AP pour la santé mentale. Elle rappelle aussi qu’une intensité d’effort libre, ou auto-choisie pourrait être cliniquement plus pertinente qu’une intensité de travail imposée (voir les 3 articles du blogue à ce sujet, ici, et ici).

La limite majeure de cette investigation réside dans le fait que les affect soient mesurés uniquement en fin de séance, or les étudent précédentes soulignent que c’est l’écart pré-, post-séance qui est le plus prédicteur, notamment de l’adhésion à un programme d’AP.

1. Suterwala AM, Rethorst CD, Carmody TJ, Greer TL, Grannemann BD, Jha M, et al. Affect Following First Exercise Session as a Predictor of Treatment Response in Depression. The Journal of Clinical Psychiatry. 2016 Aug 24;1036–42.

L’intensité d’un programme d’exercice physique influence-t-elle la sévérité de la dépression ?

24/10/2016

234305Nous avions abordé les recommandations canadiennes d’exercice physique pour un niveau de dépression modéré à élevé. Voici une étude qui pourrait venir compléter les informations du précédent article.

Un essai clinique multicentrique a réparti des adultes touchés par des troubles dépressifs modérés à élevés en 4 groupe : yoga (n=106), exercice physique de type aérobie de moyenne intensité (n=105), d’intensité élevée (n=99) ou soins usuels (n=310). Les programmes d’activité physique étaient supervisés et réalisés en groupe, 3*55minutes durant 12 semaines. La fréquence cardiaque durant l’effort était contrôlée dans 78 % des séances.

Le niveau de dépression était évalué avec l’hétéro-questionnaire de Montgomery (pre-post intervention).

Les auteurs ont comparé les niveaux de dépression des 3 groupes ‘exercice physique’ versus soins usuels en fin de programme. Les 3 groupes entraînaient une différence significative et aucune diminution de la dépression n’était plus importante entre ces groupes.capture-du-2016-10-17-12-24-04

Les sous analyses en fonction du sexe, ne montrent pas de différence pour les hommes. En revanche, la diminution de la dépression était plus marquée chez les femmes pour le yoga et l’intensité élevée.

Les auteurs concluent donc qu’il n’y a pas de différence d’efficacité de l’exercice physique sur la dépression en fonction de l’intensité de pratique.

Helgadóttir, B., Hallgren, M., Ekblom, Ö., & Forsell, Y. (2016). Training fast or slow? Exercise for depression: A randomized controlled trial. Preventive Medicine, 91, 123–131. https://doi.org/10.1016/j.ypmed.2016.08.011

L’intensité d’exercice physique chez des personnes dépressives : imposée ou libre ?

17/10/2016

Un équipe de l’Université du Wisconsin a comparé les effets, sur le niveau de dépression, de différentes intensités d’exercice physique chez des femmes touchées par une dépression majeure.

Ainsi 24 participantes réalisaient, dans un ordre aléatoire, trois sessions d’exercice (vélo stationnaire) à une intensité imposée (échelle d’effort perçu à 11, 13, 15) et une session à intensité libre (‘choisissez l’intensité d’exercice que vous préférez’). Le niveau de dépression auto-rapporté était évalué avant et à 10 et 30 minutes post-exercice ainsi que le niveau sanguin de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (FNDC) (i.e., un marqueur potentiellement explicatif de la relation entre exercice physique et santé mentale). L’ effort perçu était mesuré tous les 5 minutes durant la session intensité libre.

Les chercheurs ont donc utilisé des comparateurs différents :

  • A- libre versus imposé (qui avait le niveau d’effort perçu le plus proche de la moyenne de l’effort perçu durant la session libre)
  • B- libre versus imposé ayant entraîné la plus importante diminution de la dépression

A- Libre versus imposé (qui avait le niveau d’effort perçu le plus proche de la moyenne de l’effort perçu durant la session libre)

A 10 min et 30 min

  • Aucune différence sur la diminution de la dépression
  • Le niveau de FNDC était significativement augmenté pour la session imposée.

B-Libre versus imposé ayant entraîné la plus importante diminution de la dépression

A 10 min et 30 min

  • Différence significative en faveur de la session imposée sur la diminution de la dépression
  • Aucune différence sur le niveau de FNDC

Les résultats suggèrent que l’intensité libre entraîne une diminution de la dépression, mais celle-ci est plus faible que lorsque l’intensité est imposée. Ce qui est étonnant, c’est que dans la comparaison A, les efforts réalisés sont très proches au niveau perceptif et physiologique. Il y aurait donc un effet de la décision interne versus externe sur l’amélioration de la réponse affective dans un contexte de dépression clinique.

Pour la comparaison B, il est important de noter que la session de comparaison n’était pas la même en fonction des participantes (effort perçu à 11 ou 13 ou 15). Cela pourrait indiquer que l’intensité optimale n’est pas la même pour l’ensemble des sujets.

Cette étude est la première qui montre des effets supérieurs de l’exercice physique à intensité imposée vs. libre dans un contexte de trouble mental. Ces résultats sont à l’opposé de ceux retrouvés sans un contexte de trouble de santé mentale.

Les auteurs soulignent que les résultats sont peut être expliqués par la nature même de l’étude, testant uniquement des sessions séparées d’exercice physique et non un programme de plusieurs semaines.

On pourrait penser que les résultats pourraient diverger car à terme les participantes pourraient mieux connaître leurs possibilités physiques et produire une intensité libre supérieure ou égale à celle imposée. A noter aussi que les auteurs n’ont pas retrouvé d’effet des types d’antidépresseurs sur la réponse à l’exercice physique (voir précédents articles du blogue à ce sujet 1 et 2).

Meyer, J. D., Ellingson, L. D., Koltyn, K. F., Stegner, A. J., Kim, J.-S., & Cook, D. B. (2016). Psychobiological Responses to Preferred- and Prescribed-Intensity Exercise in MDD: Medicine & Science in Sports & Exercise, 1. https://doi.org/10.1249/MSS.0000000000001022

Activités physiques libres ou encadrées et condition physique liée à la santé chez des adultes burundais

30/09/2016

L’article fêtant les 6 ans d’existence de l’année 2016 soulignait la volonté de présenter des travaux francophones ciblant l’activité physique dans les pays francophones africains.

1Voici des extraits d’une étude de Jean Berchmans Bizimana et al. du Bénin et du Burundi qui comparent des marqueurs de condition physique chez des adultes participants ou non à une activité physique d’entretien (article en accès libre dans la revue Pan African Journal). Cette étude était transversale et incluait 90 participants (18-65ans) dont 47 qui s’exerçaient en pratique encadrée.

L’activité physique était mesurée à l’aide du questionnaire de Baecke (donnant un indice d’activité de travail, un indice d’activité sportive et un indice d’activité de loisir. Les paramètres musculaires, cardiorespiratoires, cardiovasculaires et métaboliques étaient mesurés objectivement.

Les auteurs concluent : « Le niveau d’activité physique des burundais qui bénéficient d’un encadrement professionnel est plus élevé que celui des adultes qui n’en bénéficient pas. Comparés aux adultes encadrés, les sujets non encadrés ont des lacunes aux niveaux musculaire et physiologique. Néanmoins, bien que ce ne soit pas à un niveau comparable, les deux groupes présentent un bon profil des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires. »capture-du-2016-09-30-09-30-20

Berchmans Bizimana et al. Activités physiques libres ou encadrées et condition physique liée à la santé chez des adultes burundais: étude transversale. The Pan African Medical Journal. 2016;25:38. doi:10.11604/pamj.2016.25.38.7688

Un sous-type de dépression clinique répond mieux à l’exercice physique

19/09/2016

Le dernier article présentait les définitions de deux sous-type de dépression, dont la dépression atypique. Rethorst et al. ont publié une analyse secondaire de l’essai clinique ‘TREAD’ (déjà présenté ici).

Ils concluent que les personnes diagnostiquées avec une dépression majeure, de sous-type ‘atypique’ répondent plus favorablement à un programme d’exercice physique aérobie équivalent à 150 minutes hebdomadaire durant 12 semaines.maxresdefault

Celles-ci représentaient 11% de l’échantillon. Cette information est la première du genre, à ma connaissance, et nécessite des réplications car la taille de l’échantillon est peu importante. En tout cas, cela offre de belles perspectives cliniques dans l’individualisation de l’exercice physique au niveau clinique.

Rethorst, C. D., Tu, J., Carmody, T. J., Greer, T. L., & Trivedi, M. H. (2016). Atypical depressive symptoms as a predictor of treatment response to exercise in Major Depressive Disorder. Journal of Affective Disorders, 200, 156–158. http://doi.org/10.1016/j.jad.2016.01.052

Pourquoi il faut aider les personnes dépressives à changer leurs comportements de santé ?

13/09/2016

coffee-and-cigarettes-1La question des habitudes de vie ou comportements de santé chez les personnes touchées par un trouble mental sévère est peu à peu mise à jour dans des études observationnelles. Voici les résultats de l’analyse de ‘BiDirect study’.

Une précision avant de lire ce qui est dessous : le DSM-IV-TR reconnaît des sous-types de la dépression, parmi lesquels :

  • La dépression mélancolique est caractérisée par un critère clé parmi les 2 suivants : perte de plaisir dans toutes les activités ou presque OU une faible réactivité à un stimuli habituellement agréable. Puis au moins 3 parmi les critères suivants : une aggravation des symptômes dans la matinée, un réveil de bonne heure, un retard psychomoteur, une perte excessive de poids (à ne pas confondre avec l’anorexie) ou un sentiment excessif de culpabilité.
  • La dépression atypique est caractérisée par une humeur réactive (anhédonie paradoxale) plus des 2 critères parmi les suivants : un gain de poids important ou un appétit plus prononcé (plaisir de manger), un sommeil excessif ou hypersomnie, une sensation de lourdeur dans certaines parties du corps et une mauvaise adaptation sociale marquée par une hypersensibilité au rejet interpersonnel.

La ‘BiDirect study’ a fait l’objet d’une publication qui intégrait une cohorte de personnes accueillies en psychiatrie et une cohorte de contrôle. Les auteurs allemands voulaient examiner les comportements de santé et plus précisément comparer les deux cohortes et à l’intérieur de la cohorte investiguer si les personnes touchées par une dépression cliniques avaient des habitudes de vie plus moins détériorées en fonction de sous-type de dépression et de sévérité de leurs symptômes. Le graphique présente leurs comportements de santé de manière habile.

depressive disorders.png

  • 61 % des personnes touchées par une dépression clinique (823 participants) étaient ‘classés’ comme dépression mélancolique et 5,2 % dépression atypique.
  • Les participants de l’étude touchés par une dépression clinique sont significativement plus nombreux à être fumeurs, inactifs, en surpoids en comparaison aux personnes sans dépression.
  • La dépression atypique n’est pas associée à la consommation de tabac mais est le sous-type le plus associé au surpoids.
  • La dépression mélancolique est la plus associée avec une faible activité physique.

Les auteurs soulignent aussi que leurs analyses suggèrent qu’il y a un effet dose entre la sévérité de la dépression clinique et la consommation de tabac, la faible activité physique et le surpoids.

Même si les habitudes de santé sont mesurées par questionnaire, cette étude souligne le besoin criant de développer des prises en charge afin de modifier les comportements de santé chez les adultes touchés par une dépression clinique. Les kinésiologues et enseignants en Activité Physique Adapté ont un rôle majeur à jouer dans les équipe de psychiatrie.

Rahe, C., Khil, L., Wellmann, J., Baune, B. T., Arolt, V., & Berger, K. (2016). Impact of major depressive disorder, distinct subtypes, and symptom severity on lifestyle in the BiDirect Study. Psychiatry Research, 245, 164–171. http://doi.org/10.1016/j.psychres.2016.08.035

Quelles sont les dernières recommandations du réseau canadien pour le traitement de la dépression par l’exercice physique ?

02/09/2016

Le groupe d’experts canadiens vient récemment de livrer ses conclusions à propos des traitements alternatifs et complémentaires dans le cadre des soins de la dépression. Il dresse un état de littérature scientifique afin de pouvoir réaliser des recommandations les plus factuelles possibles. Je n’aborde pas les autre traitements complémentaires pour la dépression ici (voir un article du blogue à propos).

Ils commencent leur texte en soulignant les difficultés méthodologiques de l’évaluation de ce type de traitement (contrôle de l’effet placebo, évaluation en aveugle…). Rappellent au passage, un manque d’information disponible sur les potentiels effets d’interaction avec les traitements (voir articles 1 et 2 du blogue).

330df7e0-2058-0134-91d5-06caa2286297.jpg

En bref, leur argumentation est basée sur :

Niveau dépression moyen à modéré

  • 2 méta-analyses et 2 revues systématiques concluent que l’exercice physique a un niveau similaire d’efficacité que les antidépresseurs ou une psychothérapie
  • efficacité à court terme est supérieure à une condition traitement

Niveau dépression modéré à sévère

  • 1 méta-analyse concluent au fait que l’exercice est supérieur aux groupes contrôles
  • Peu de preuves de bénéfices à long terme

CONCLUSIONS

Pour des adultes touchés par un niveau de dépression moyen à modéré

  • Recommandation en 1er ligne
  • Niveau de preuve = 1
  • Monothérapie

Pour des adultes touchés par un niveau dépression modéré jusqu’à un épisode dépressif majeur

  • Recommandation en 2nd ligne
  • Niveau de preuve = 1
  • Traitement complémentaire

Compléments

  • Absence de supériorité claire entre exercice physique et exercice de résistance
  • au moins 30 minutes d’exercice supervisé d’intensité modéré, 3 fois par semaine durant 9 semaines consécutives
  • Niveau de preuve élevé que l’adhésion, la participation à l’exercice physique, est plus élevée quand celle-ci est encadrée par un personnel qualifié
    Ravindran, A. V., Balneaves, L. G., Faulkner, G., Ortiz, A., McIntosh, D., Morehouse, R. L., … CANMAT Depression Work Group. (2016). Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT) 2016 Clinical Guidelines for the Management of Adults with Major Depressive Disorder: Section 5. Complementary and Alternative Medicine Treatments. Canadian Journal of Psychiatry. Revue Canadienne De Psychiatrie, 61(9), 576–587. http://doi.org/10.1177/0706743716660290

Les canadiens connaissent-ils les recommandations d’activité physique ?

28/08/2016

BS1020AFB04Afin de mieux préparer la communication sur les prochaines recommandations d’activité physique de 2017, une enquête souhaite évaluer la connaissance des recommandations de 2011 parmi un échantillon de Canadien (Pfaeffli Dale et al. 2016).

La question était la suivante : Avez-vous entendu parler des recommandations d’activité physique pour adulte à leur sortie en 2011 ? Oui (Non Pas sur). Des questions démographiques étaient proposées ainsi qu’une question permettant d’évaluer l’activité physique modérée à élevée habituelle.

25-35 % de taux de réponse, représentant 1586 participants dont 149 francophones, la Colombie-Britanique était la province la plus représentée.

Résultats

  • 44 d’âge moyen
  • 80 % de femmes
  • 55 % des participants se déclaraient actif (i.e., >150 minutes par semaine)
  • 13 % des participants déclaraient connaître les recommandations
  • Les adultes actifs déclaraient plus fréquemment connaître les recommandations.
  • Le taux de 13 % est similaire à ceux relevés au Royaume-Uni ou aux États-Unis.

Ce résultats montre bien qu’il est nécessaire de réfléchir en amont aux stratégies d’application des futures recommandations afin d’augmenter ce taux. De plus, avec les biais méthodologiques (absence d’échantillonnage, évaluation auto-rapportée), il est fort probable que ce taux de 13 % soit encore plus bas.

Pfaeffli Dale, L., LeBlanc, A. G., Orr, K., Berry, T., Deshpande, S., Latimer-Cheung, A. E., … Faulkner, G. (2016). Canadian physical activity guidelines for adults: are Canadians aware? Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism. http://doi.org/10.1139/apnm-2016-0115

L’activité physique durable

23/08/2016

Bjornara et al. (2016) développent une idée très originale et riche de réflexion : l’activité physique durable. (article original en accès libre)

19716675Dans le sociétés occidentales, l’activité physique et l’effort physique ont été très largement diminués dans notre vie quotidienne : machines d’aide au travail, transports motorisés et activités de loisir sédentaires. Quand l’homme chasseur-cueilleur existait, il réalisait environ 19 kilomètres, soit 24000 pas quotidiennement, contre 7000 à 6600 aujourd’hui pour un adulte américains.

Le style de vie influence l’environnement, à travers l’alimentation, le transport (23 % des gaz à effet de serre) et la consommation de produits divers. Sur la base des projections populationnelles mondiales, 9 milliards d’humains devraient peupler la Terre en 2050, et la production d’alimentation devra être doublée. Les auteurs donnent la définition de l’alimentation durable, puis étendent le concept issu de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture à l’activité physique.

Alimentation durable rassemble l’ensemble des régimes alimentaires ayant de faibles conséquences sur l’environnement, qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à une vie saine pour les générations présentes et futures. Les régimes alimentaires durables contribuent à protéger et à respecter la biodiversité et les écosystèmes, sont culturellement acceptables, économiquement équitables et accessibles, abordables, nutritionnellement sûrs et sains, et permettent d’optimiser les ressources naturelles et humaines. (plus d’information ici).

Il y a-t-il une activité physique durable ?

Dans une perspective de santé, l’OMS aborde la question de l’activité physique à travers les facteurs suivant : la fréquence, l’intensité et la durée de l’activité mais ne traite pas du type d’activité. En effet, de nombreux types d’activité physique peuvent entraîner des bénéfices similaires sur la santé. Dans ce cadre, Bjornara et al. (2016) introduisent l’idée d’une activité physique durable.

« Activité physique durable rassemble l’ensemble des activités physiques produites avec une durée, une fréquence et une intensité suffisante pour promouvoir la santé sans dépense/coût énergétique trop élevé en terme de nourriture, de transport ou d’équipement. Les activités physiques durables ont un faible impact environnemental et sont culturellement et économiquement acceptables et accessibles ». (Bjornara et al.2016) (traduit par mes soins).

« Sustainable physical activity includes those activities that are conducted with sufficient duration, intensity and frequency for promoting health, yet without excessive expenditure of energy for food, transportation, training facilities or equipment. Sustainable physical activities have low environmental impact and they are culturally and economically acceptable and accessible » (Bjornara et al.2016)

Bjornara et al. (2016) argumente en faveur d’une modification de la vision de l’activité physique. En voici quelques un sélectionnés.

  • Augmentation et développement des Transports/déplacements actifs = Bénéfices pour la santé physique et la diminution d’émission de dioxyde de carbone
  • Développer des activités physiques communautaire = Diminution des transports motorisés (i.e., prendre sa voiture pour aller au gym courir sur un tapis)
  • Améliorer la facilité à ce déplacer à pied dans les quartiers = Entraîne une augmentation de 800 pas quotidiens chez des adultes
  • Diminuer l’équipement qui remplace des tâches quotidienne qui nécessitent une dépense énergétique = Pelleter la neige à la main plutôt qu’à la souffleuse. Les auteurs abordent une étude qui montre que réaliser son pain soi même entraîne une dépense de 16,2 min d’activité physique modérée chez 10 sujets.

Les auteurs offrent un vision différente de l’activité physique véhiculée généralement. Ils donnent un rôle important à l’activité physique dans l’élaboration d’un mieux vivre ensemble dans le futur. A méditer…

Bjørnarå, H. B., Torstveit, M. K., Stea, T. H., & Bere, E. (2016). Is there such a thing as sustainable physical activity? Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports. http://doi.org/10.1111/sms.12669

L’activité physique, un catalyseur des traitements de la dépression ?

18/08/2016

6857123Le niveau d’activité physique (AP) d’adultes touchés par des troubles dépressifs (modérés à élevés) est un facteur qui influence la réponse à un traitement de la dépression. Mats Hallgreen et al. (2016) ont réalisé une analyse secondaire d’un essai clinique qui évaluait initialement l’efficacité d’un programme d’exercice physique versus une thérapie cognitive et comportementale (TCC) par internet versus des soins usuels . Il s’est concentré uniquement sur les 2 derniers bras interventionnels, c’est à dire, sans les participants au groupe exercice physique, représentant au total 629 participants. L’essai clinique était en simple aveugle et multicentrique.

Les investigateurs ont catégorisé le niveau d’activité physique faible, modéré, élevé, sur la base d’un questionnaire d’AP. Ils se concentraient sur l’analyse des scores au Montgomery–Åsberg Depression Rating Scale (MADRS) pré et post-intervention. L’analyse statistique prenait en compte des covariables importantes, comme par exemple la prise d’antidépresseurs.

Les résultats montrent que la diminution du niveau de dépression est significativement plus marquée uniquement chez les sujets ayant déclarés un niveau d’activité physique élevé avant le traitement. Ce résultat est indépendant du bras interventionnel (TCC ou soins usuels) et du sexe.

happiness-therapy-silver-linings-playbook-30-01-2013-16-11-2012-9-gBien que l’étude souffre de plusieurs limites (AP auto-rapportée, non prise en compte des données manquantes…), c’est un résultat important car c’est, à ma connaissance, une des 1er fois que l’activité physique est identifiée comme un facteur associé à une efficacité plus importante des traitements de la dépression. Ainsi, promouvoir un style de vie plus actif durant une thérapie cognitive et comportementale pourrait être bénéfique pour les usagers.

Dans le futur, une évaluation objective de l’activité physique pourrait venir confirmer ces résultats.

Voir aussi sur le blog un précédent article sur la question des antidépresseurs et de l’activité physique.

Hallgren, M., Nakitanda, O. A., Ekblom, Ö., Herring, M. P., Owen, N., Dunstan, D., … Forsell, Y. (2016). Habitual physical activity levels predict treatment outcomes in depressed adults: A prospective cohort study. Preventive Medicine, 88, 53–58. http://doi.org/10.1016/j.ypmed.2016.03.021

Absence de preuve d’une relation réciproque entre l’activité physique et le sommeil chez les femmes.

21/07/2016

Le dernier article du blogue concluait « Une nouvelle fois, la relation bidirectionnelle attendue entre activité physique et sommeil n’est pas confirmée. Bien entendu, la mesure uniquement 51XHwOA-UILsubjective du sommeil est une limite sérieuse ». La littérature scientifique apporte parfois des surprises. En effet, un article sous presse qui traite de cette question vient d’être mis en ligne [1]. Sa force principale est l’utilisation de mesures objectives pour quantifier l’activité physique et les paramètres du sommeil durant 7 jours consécutifs chez un nombre important de sujet (N= 353, uniquement des femmes).

Les auteurs ont examiné les relations bidirectionnelles au jour le jour entre l’activité physique modérée et intense et la sédentarité d’une part, et le temps total de sommeil et l’efficience de sommeil d’autre part.2016-07-21 18_11_44-Sans nom 3 - LibreOffice Impress

Résultat, aucune association significative n’a été identifiée. Il semble que l’activité physique et plusieurs paramètres du sommeil soient réellement indépendant. Cependant, il reste des questions en suspend : est ce que ces absences de relations sont toujours le même lorsqu’on les étudient chez des personnes touchée par des troubles du sommeil, une modification importante de l’activité physique durant plusieurs semaines impacte-elle le sommeil à moyen terme?…

1. Mitchell JA, Godbole S, Moran K, Murray K, James P, Laden F, et al. No Evidence of Reciprocal Associations between Daily Sleep and Physical Activity. Med. Sci. Sports Exerc. 2016;

%d blogueurs aiment cette page :