Skip to content

L’activité physique en fin de journée allonge-t-elle la durée d’endormissement ? Que disent les études ?

25/06/2015

La question des effets postifis ou négatifs de l’exercice sur le sommeil est souvent résolue sur la base de croyances acquises, mais en l’état actuel des connaissances, qu’en est-il vraiment ?

Plusieurs recommandations internationales recommandent d’éviter une pratique d’activité physique relativement intense les 3 dernières heures précédant le coucher car cela augmenterait l’arousal (degré de « tension/éveil ») à l’endormissement et donc rallongerait la latence d’endormissement (temps passé entre le couché et le sommeil réel).1

A l’inverse, d’autres écrits préconisent de pratiquer une activité physique proche dans les dernières heures pré-sommeil car cela diminuerait ce fameux temps de latence.sleep

Les dernières études publiées offrent une réponse différente.

Lambiase et al. 2013 2 étudiant les relations entre activité physique et sommeil chez des femmes âgées (déjà présentées dans le blog). Les auteurs examinaient la relation entre l’AP pratiquée les 2 dernières heures avant le couché et la durée d’endormissement durant 7 jours (mesures objectives). Ils n’ont identifié aucune association significative.

Buman et al. 2014 3 examinaient les données auto-déclarées d’AP de 1000 adultes américains en terme d’intensité et de moment dans la journée et les caractéristiques du sommeil (devis transversal). Aucune association n’a été établie entre l’AP (moment/intensité) et latence d’endormissement.

sleep2Falusino et al 2012 – Une étude interventionnelle examinait les effets de 5 jours d’exercice physique (intensité élevée discontinue) pratiquée uniquement le soir, chez des bons dormeurs. Aucune relation entre l’intervention et la latence (mesure objective) n’a été identifiée.

 Benloucif et al. 2004 – Ces investigateurs exploraient les effets de 2 sessions d’AP+activité sociale pratiquée aléatoirement le soir ou le matin, puis comparaient la qualité du sommeil évalué par polysomnographie (pré-post) des personnes âgées. Leurs conclusions sont similaires aux études précédentes.

 Maculano et al. 2014 6 – Cette équipe brésilienne a testé, chez des bons dormeurs, l’effet de la nature de l’AP (aérobie, résistance, intervalle – 1 seule session) et du moment de la journée (matin-midi-soir) sur les différents paramètres du sommeil (polysomnographie). Malgré des analyses statistiques peu adéquates à leur étude, ils ont identifié un effet significatif (faible à modéré) de l’AP sur la diminution de la latence d’endormissement.

La dernière méta-analyse 7 qui examine les effets de l’activité physique (une session ou un programme régulier) conclue à une absence d’effet modérateur du moment de la journée de pratique sur la latence d’endormissement.

On peut donc conclure que, basé sur les études actuelles, que le moment dans la journée de pratique d’activité physique n’influence pas la latence d’endormissement chez des adultes sans troubles du sommeil.

 Voir les autres articles sur le sommeil ici la !

  1. Schutte-Rodin S, Broch L, Buysse D, Dorsey C, Sateia M. Clinical guideline for the evaluation and management of chronic insomnia in adults. J Clin Sleep Med JCSM Off Publ Am Acad Sleep Med. 2008;4(5):487.
  2. Lambiase MJ, Gabriel KP, Kuller LH, Matthews KA. Temporal relationships between physical activity and sleep in older women. Med Sci Sports Exerc. 2013;45(12):2362-2368. doi:10.1249/MSS.0b013e31829e4cea.
  3. Buman MP, Phillips BA, Youngstedt SD, Kline CE, Hirshkowitz M. Does nighttime exercise really disturb sleep? Results from the 2013 National Sleep Foundation Sleep in America Poll. Sleep Med. 2014;15(7):755-761. doi:10.1016/j.sleep.2014.01.008.
  4. Flausino NH, Da Silva Prado JM, de Queiroz SS, Tufik S, de Mello MT. Physical exercise performed before bedtime improves the sleep pattern of healthy young good sleepers. Psychophysiology. 2012;49(2):186-192. doi:10.1111/j.1469-8986.2011.01300.x.
  5. Benloucif S, Orbeta L, Ortiz R, et al. Morning or evening activity improves neuropsychological performance and subjective sleep quality in older adults. Sleep. 2004;27(8):1542-1551.
  6. Maculano Esteves A, Ackel-D’Elia C, Tufik S, De Mello MT. Sleep patterns and acute physical exercise: the effects of gender, sleep disturbances, type and time of physical exercise. J Sports Med Phys Fitness. 2014;54(6):809-815.
  7. Kredlow MA, Capozzoli MC, Hearon BA, Calkins AW, Otto MW. The effects of physical activity on sleep: a meta-analytic review. J Behav Med. 2015;38(3):427-449. doi:10.1007/s10865-015-9617-6.

Le football pour réfléchir

17/06/2015

Cet article s’éloigne du spectre habituel du blog, quoi que (voir précédent article sur une autre histoire du sport). S’intéresser à la pratique d’activité physique rime souvent avec un intérêt parallèle à la pratique sportive. Vivre un sport est une chose intense, pour celui ou celle qui côtoie un club ou qui s’obstine à s’entraîner en dépit des aléas saisonniers …

Comment-ils-nous-ont-vole-le-footballEn France, le football a une place démesurée, une quasi-religion pour certaine(e)s, à tel point que l’on perd souvent de vue les attraits initiaux de cette pratique. C’est un bel exemple pour penser le sport et prendre un peu de recul. Seulement, rares sont les ouvrages qui mettent les choses en perspective, qui posent des questions importantes. On peut se chauffer un hiver entier avec des livres centrés sur des acteurs connus du football, joueurs, entraineurs, directeurs de club; livres rédigés par des nègres la plupart du temps. Des écrits qui promeuvent une version très restreinte et ultra-personnalisée du football.

Deux récentes lectures ont aiguisé ma vision du football, m’apercevant au passage de son évolution, de sa marchandisation, mais surtout d’autres formes qui coexistent.

Comment ils nous ont volé le football. Fakirs Editions A. Dumini et F. Ruffin (6 euros)

Ce livre passionnant rappelle les étapes de mondialisation du football, et les auteurs s’appuient aussi leur propre pratique depuis les vestiaires d’Eaucourt sur Somme en 5e division départementale. Ils rappellent comment les instances du football anglais ont éliminé les classes populaires des tribunes en prenant comme excuse les violences dans le stade: « le prix d’une place passe de 5 livres (7.5 euros en 1990) à 40 en 2010 (60 euros) ». Ils décrivent aussi que des supporters de Manchester ont crée un nouveau club, le FC United avec une charte qui vise une pratique de haut niveau tout en donnant le pouvoir décisionnel aux supporters. L’épilogue du livre est un hommage à l’ambiance d’un club de campagne et les auteurs mènent l’enquête sur le « Miracle des maillots pliés ». Clairement, les racines du « vrai » football, sont décrites dans le dévouement des bénévoles à faire vivre le club simplement pour que l’on « joue » au football.

Éloge de la passe: changer le sport pour changer le monde. Editions Libertaires (13 euros)COUV-eloge-21

Ouvrage dans lequel on découvre des versions inconnues du football, une pratique de football politisée. Le meilleur ? des tournois de football anarchistes où l’on mélange les équipes adversaires à la mi-temps, bref des rencontres autogérées, amicales et créatives aux règles mouvantes, sans gagnant ni perdant, mixtes et solidaires. Les clubs ? Emma Goldman Anarchist Feminist Club, le Dynamo Kropotkin, le Montréal’s Anarchist Soccer Club ou le Kronstadt FC !!! Connaissez-vous le mai 68 des footeux ? L’occupation du siège de la Fédération Française de Football par un comité d’action proche de l’équipe du Miroir du football qui clamait : « Le football aux footballeurs ! »  « La passe est un acte altruiste, où la liberté du passeur (je donne le ballon à qui je veux, quand je le sens) est entièrement dépendant de la disponibilité de ses propres co-équipiers. Cet acte individuel ne prend tout son sens que s’il se met au service du groupe. » Wally Rosell.

Pour conclure, un interview de d’Albert Camus à lors de Monaco-Racing: « Vraiment le peu de morale que je sais, je l’ai appris sur les terrains de football et les scènes de théâtre qui resteront mes vraies universités. ». Voir aussi la réelle bande-annonce de la coupe du monde 2022 et l’article de Street Press sur les coopératives de supporters qui possèdent des clubs semi-pro.

5 ans jour pour jour que ce blog existe !

15/06/2015

Le 15 Juin 2010, arrivait le premier article du blog sur la définition de l’exercice physique. 5 ans jour pour jour que ce blog existe !

Né au milieu de mon travail de doctorat, il accompagne mes réflexions, lectures, questionnements et permet un partage de plusieurs curiosités (exemple ici).

La récente table ronde à propos de l’écriture en Activités Physiques Adaptées organisée (avec brio) lors du CNP-APA a facilité la prise de recul, m’amenant à une conclusion provocatrice, « Arrêtez de liker et partager, rédigez ! ». Le monde de l’APA reste jeune et en construction mais le développement des écrits collectifs reste une étape obligatoire.

Ce blog a aussi été l’occasion de rédiger des articles pour ne pas les publier, ainsi les lecteurs ont été épargnés d’articles avec des titres comme « et si les étudiants en APA arrêtaient de vendre des calendriers au téléthon« , articles fruits d’énervements tardifs devant l’écran ou à la lecture des documents reçus étayant un peu plus la répétition d’erreurs de communication ou de dilapidations d’énergie.

Pour les lecteurs de la 1er heure, ceux-ci se rendent compte de l’amélioration des articles sur la forme et le fond car l’écriture est vraiment un processus lent à acquérir.

Le blog continue d’évoluer au gré des lectures et avancées professionnelles de son auteur, il en sera encore ainsi pour plusieurs mois afin de poursuivre le point de départ initial (voir l’article à ce sujet), en attendant des modifications profondes de celui-ci.

Un peu de musique pour fêter cela et bouger devant son écran (lutte contre la sédentarité oblige) !!!

La désirabilité sociale lors de la mesure subjective de l’activité physique

07/06/2015

marty-mcfly-hoverboardLes lecteurs du blog se rappellent d’un article de février 2015 qui abordait l’effet de la désirabilité sociale (« l’adéquation connue des comportements observés ou anticipés d’une personne aux motivations ou aux affects réputés des membres typiques d’un collectif social ») sur la mesure par entretien de l’activité physique (AP) et sur son potentiel explicatif de l’écart entre mesure subjective et objective (accéléromètre) de l’AP.

Le hasard des lectures m’a fait découvrir des articles traitant aussi de ce sujet auprès de d’échantillons jeunes (1,2). Même si leur qualité méthodologique est moyenne, leurs résultats semblent contraires à ceux précédemment décrits (3).

Motl et al mesuraient la désirabilité sociale à partir de 2 questionnaires (i.e. Lie scale of Eysenck and Marlowe-Crowne Social Desirability Scale (SDS) et l’AP en utilisant le questionnaire de Godin et le Standford Usual Activity Questionnaire (1). L’échantillon comptait 782 sujets d’âge moyen de 22 ans et 297 femmes. L’échantillon est majoritairement composé « d’ethnie blanche » (n = 525). Les analyses corrélationnelles examinaient l’association entre chaque échelle respective pour la totalité de l’échantillon, les minorités et les sujets « blancs ». Le score total du Godin est positivement associé au score de SDS uniquement chez les sujets « blancs » (r = .11, p <.05). Pour le Standford, l’AP modérée et élevée était associée positivement (r = .08, p<.05) pour l’ensemble de l’échantillon. Le score à l’échelle Lie scale n’était significativement associé à aucune mesure de l’AP. Les auteurs concluent à une influence minimale de la désirabilité sociale sur les mesure d’AP par questionnaire chez les jeunes adultes. Ils soulignent que leurs résultats pourraient être contradictoires aux études précédentes car celles-ci évaluaient l’AP par entretien. Or dans ce cas, le phénomène de désirabilité sociale est plus amplifié.

La seconde étude au devis plus élaboré mais avec des analyses statistiques discutables incluait uniquement des adolescents de sexe masculin (n = 447) (2). L’association entre le score de SDS et la mesure d’AP par questionnaire (questionnaire non réellement validé) s’avère non significative.

Après ces lectures, on peut donc penser que la désirabilité sociale a un très faible effet sur la mesure de l’activité physique par questionnaire chez des jeunes adultes et adolescents.

1. Motl RW, McAuley E, DiStefano C. Is social desirability associated with self-reported physical activity? Prev Med. 2005 Jun;40(6):735–9.

2. Jago R, Baranowski T, Baranowski JC, Cullen KW, Thompson DI. Social desirability is associated with some physical activity, psychosocial variables and sedentary behavior but not self-reported physical activity among adolescent males. Health Educ Res. 2007 Jun 1;22(3):438–49.

3. Adams SA, Matthews CE, Ebbeling CB, Moore CG, Cunningham JE, Fulton J, et al. The effect of social desirability and social approval on self-reports of physical activity. Am J Epidemiol. 2005 Feb 15;161(4):389–98.

« Come as your are » pour ré-entrainer les patients BPCO – MPOC

30/05/2015

Dans le livre « Autoportrait de l’auteur en coureur de fond » de Murakami, l’auteur qui narre son expérience de course à pied au quotidien, ses préparations de marathon, rappelle : « Je

Murakami

Murakami

préfère le rock, parce que la batterie est ce qui accompagne le mieux le rythme de la course. J’aime en particulier les Red Hot Chili Peppers, Gorillaz et aussi Beck ; également des groupes plus anciens, comme Creedence Clearwater Revival et les Beach Boys. »Les personnes qui pratiquent une activité physique répétitive comme la course à pied, le vélo ou musculation par exemple, utilisent très souvent de la musique durant leur pratique. Plusieurs études ont examiné le rôle de la musique, de ses fréquences… sur la diminution de sensations négatives lors de procédures médicales.

Une étude belge sous presse dans Respiratory Care2 explore un sujet méconnu : est-ce que la musique ambiante affecte l’intensité de l’effort perçu durant une séance de réentrainement à l’effort chez des sujets touchés par une Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) (Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) pour les lecteurs québécois). Les investigateurs évaluaient aussi l’anxiété (sous échelle du HADS), la dyspnée perçue (par EVA) et les paramètres cardiorespiratoires pré-, post-session.

43 participants ont réalisé dans un ordre aléatoire, une séance d’exercice physique avec ou sans musique d’ambiance. La séance se décomposait en 30 minutes d’intervalle training, 10min de rameur à intensité modérée et de renforcement musculaire. La musique atteignait 70 décibels et les morceaux choisis avaient un tempo similaire de 120 beats/min (voir la vidéo ci-dessous pour se rendre compte).

Résultats : L’intensité de l’effort perçu n’est pas modifiée par la musique ambiante. Uniquement l’anxiété était significativement diminuée à la fin de la séance « musicale ». Cependant, la diminution ne correspondait pas à une diminution dite clinique de 1.5 points.

Les résultats de cette étude originale ont besoin d’être confirmés mais cela peut faire réfléchir les cliniciens et chercheurs à l’impact des conditions environnementales sur des résultats qu’ils peuvent attribuer (uniquement) à l’activité physique.

  1. Murakami H. Autoportrait de l’auteur en coureur de fond. Paris: 10/18; 2011.
  2. Reychler G, Mottart F, Boland M, et al. Influence of ambient music on perceived exertion during a pulmonary rehabilitation session: a randomized crossover study. Respir Care. 2015;60(5):711-717. doi:10.4187/respcare.03671.

L’activité physique adaptée, une nécessité pour mettre en œuvre les recommandations

24/05/2015

a fortioriLa revue Nutrition Clinique et Métabolisme a accepté de publier une lettre à la rédaction rédigée à trois paires de main dont la mienne (disponible ici) 1. L’idée de cette lettre fait suite au numéro spécial de Décembre 2014 : Les enjeux de l’activité physique : de l’enfant au sénior, du sportif au malade.

Quatre idées y sont présentées et étayées :

  1. Le conseil à l’activité physique de la part d’un médecin reste rare, peu adapté, et d’une faible efficacité
  2. Concevoir l’activité physique dans la continuité des soins
  3. Intégration des enseignants en activité physique adaptée (APA) au sein des centre de soins de suite et de réadaptation (CSSR) et des centre hospitaliers
  4. Développer des études cliniques couplant la médecine et l’activité physique adaptée

« A fortiori » : Qu’en pensez-vous ? Êtes-vous en désaccord avec une de/toutes ces idées ? Qu’est ce qui manque dans cette lettre ? Laissez un commentaire.

  1. Bernard P, Romain AJ, Vergnault M. L’activité physique adaptée, une nécessité pour mettre en œuvre les recommandations. Nutr Clin Métabolisme. doi:10.1016/j.nupar.2015.02.006.

Intervention en Activités Physiques Adaptées pour les personnes touchées par des troubles schizophréniques

16/05/2015

les randonneursLe département Activités Physiques Adaptées de l’Université de Porto a récemment publié un essai contrôlé explorant l’effet d’un programme d’APA (sports collectifs, marche, techniques motivationnelles) sur la condition physique et la qualité de vie d’adultes schizophrènes suivis en ambulatoire. 19 sujets ont été inclus (11 vs 9)

Le programme d’APA (16 semaines) se basait sur deux séances hebdomadaires d’APA supervisées, avec une intensité d’effort incrémentée à la 8eme semaine.

Concrètement, les séances étaient réalisées en petit groupe, encadrée par un Enseignant en APA avec 5 d’expériences minimum, la valorisation des expériences positives durant les séances étaient de règle. En fin de séances, un temps de discussion était réservé pour donner des informations liées à la santé ou pour analyser la séance.

Les investigateurs mesuraient la composition corporelle, la capacité à l’exercice physique (Test de marche de 6 minutes, voir la revue de littérature à ce sujet en accès libre Bernard 2014 Six minutes walk test for individuals with schizophrenia), l’activité physique (accéléromètre), la qualité de vie (WHOQOL) et l’adhésion au programme.

Le taux d’adhésion était de 80 % (c’est-à-dire très bon). L’intervention permet une diminution significative du tour de taille, une amélioration de la qualité de vie liée à l’environnement, et une augmentation significative de l’activité physique en fin de programme. En revanche, aucun effet n’est retrouvé sur la distance au test de marche, la sédentarité.

Cette étude est encourageante mais ne permet pas d’établir des conclusions fermes. Sa force réside dans la nature du programme d’APA testé qui est plus élaboré qu’un « simple » programme de réentrainement à l’effort. En ce sens, les résultats semblent plus transférables dans la réalité clinique.

Gomes, E., Bastos, T., Probst, M., Ribeiro, J.C., Silva, G., Correderia, R., Effects of a group physical activity program on physical fitness and quality of life in individuals with schizophrenia, Mental Health and Physical Activity (2014), doi: 10.1016/j.mhpa.2014.07.002.

Écrire l’Activité Physique Adaptée

12/05/2015
Voici le texte introductif à la table ronde « Écrire l’Activité Physique Adaptée » du prochain Congrès National des Professionnels en Activité Physique Adaptée (voir le formidable programme).

BubblesLa culture de l’écrit dans le domaine de l’Activité Physique Adaptée reste aujourd’hui peu développée. Pourtant, notre formation universitaire initiale promeut cette compétence et les moyens de diffusion n’ont jamais été si nombreux et faciles d’accès. Pourquoi devons-nous user nos claviers ?

(i) Construire et partager des savoirs communs est un mécanisme essentiel au développement à long terme de la profession d’Enseignant en APA (EAPA). Un article dans une revue grand public ou dans le presse locale nous satisfont alors que de très nombreuses professions (de niche) publient une revue depuis des décennies (e.g., L’écho des concierges).

(ii) Développer un esprit critique et de synthèse afin de pouvoir offrir une intervention en APA respectueuse des bénéficiaires qui évoluent dans le temps et dans un environnement changeant. Qui connait les recommandations spécifiques de prise en charge par l’APA d’une femme enceinte ? 1 L’activité physique régulière améliore-t-elle réellement l’espérance de vie des femmes traitées pour un cancer du sein ?

(iii) Partager ses questionnements, ses réussites et ses difficultés afin de faire émerger des solutions ou des problématiques communes demeure un argument de taille dans la promotion de l’écriture en APA. Quel traitement didactique de l’activité VTT propose-t-on à un groupe d’adolescents avec une déficience intellectuelle légère ?

Pour résumer, l’écrit par et pour l’EAPA nourrit une démarche réflexive, une démarche d’échange et une démarche scientifique.

La question de la diffusion demeure importante. Bien entendu, la construction d’une revue professionnelle s’avère indispensable mais reste insuffisante. Les EAPA ont des collaborations à mener pour développer une littérature scientifique de qualité 2, peuvent aussi rédiger des textes dans des revues pluridisciplinaires pour décrire des réalités de terrain 3. Afin d’ancrer l’écriture dans les habitudes et surtout développer son analyse critique, des revues étudiantes devraient voir le jour (e.g., Revue des Étudiants en Soins Primaires Et Chercheurs Toulousains). Enfin, les plateformes internet (blogs, sites) sont une solution pour faciliter le débat au sein de notre communauté de professionnels et diffuser les connaissances initialement publiées en langue étrangère 4. Malheureusement, ces sites se comptent sur les doigts d’une seule main.

En conclusion, l’écriture est un processus clé pour développer une APA vivante et interactive. Alors à nos claviers et en avant pour des lectures palpitantes !

  1. Filhol G, Bernard P, Quantin X, Espian-Marcais C, Ninot G. Activité physique durant la grossesse : point sur les recommandations internationales. Gynécologie Obstétrique Fertil. 2014;42(12):856-860.
  2. Lemercier L, Bernard P, Delmotte J, Vincent L, Cartron G, Ninot G. Bénéfices des activités physiques adaptées au cours de l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : étude de faisabilité. Oncologie. 2015;17,47-56.
  3. Bouricha R, Thöni G, Raffard L, Cochet L, Saucourt V, Tirode V. Activité physique adaptée pour des malades chroniques en appartements de coordination thérapeutique. Santé Publique. 2015:219-225.
  4. Bernard P. Et si on prenait l’activité physique au sérieux en psychiatrie ? L’Encéphale
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 290 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :