Skip to content

Mr J, 52 ans, dépressif (partie 1)

18/05/2012

Un récent article de la revue JAMA de Whooley en 2012 décrit Mr J, touché par des troubles dépressifs et des co-morbidités somatiques. Cet article est une illustration intéressante des complémentarités de différentes thérapies sur la dépression et de la vision de l’activité physique d’un point de vue médical. La partie 1 de l’article est la présentation de Mr J.

Mr J a 52 ans, il décrit la présence de plusieurs symptômes dépressifs depuis plusieurs mois : tristesse, anhédonie, difficulté à dormir et pensées suicidaires. On lui a diagnostiqué une dépression durant le lycée et il a reçu un traitement pharmacologique et un accompagnement psychologique par intermittence durant sa vie. Il a ressentit une amélioration de la part des deux traitements mais les symptômes ne réellement jamais disparus.

Actuellement, il n’est pas suivi par un professionnel de la psychiatrie. Mr J ne déclare aucune tentative de suicide passée et une hospitalisation pour cela. Il décrit que sa dépression a eu un impact sur son travail et a freiné sa carrière.

Sa famille vit non loin de lui mais il a peu d’amis et reste isolé socialement. Il n’a pas eu de relations amoureuses depuis longtemps. Il n’y a pas d’antécédent d’épisode dépressif majeur ou d’autres troubles psychiatriques important dans sa famille.

Mr J travaille comme chauffeur. Il vit seul. Il ne fume pas de cigarette et n’a pas d’antécédent d’abus de substance. Il ne boit pas de manière fréquente.

En termes d’antécédents médicaux, il a une tension élevée, des reflux gastro-oesophagiens, une lombalgie chronique, de l’apnée du sommeil (traitée par machine), une hyperlipidémie et est obèse. Il ne décrit pas d’autres problèmes de santé. En termes de traitements médicamenteux, il prend actuellement de l’esomeprazole, de l’ibuprofen, de l’huile de poisson, du pravastin et du sucralfate. Il n’a d’allergie médicamenteuse connue.

Mr J parait bien, alerte, et orienté, son examen physique est normal. Il est capable d’engager une conversation. Il n’y a pas de preuve de trouble de la pensée ou de troubles cognitifs. Il ne décrit pas d’idées suicidaires. Ses jugements apparaissent intactes. Il a consciences de son diagnostique et est intéressé pour améliorer son état mais il se sent embarassé et frustré. Les analyses de laboratoires ne montrent pas d’anomalies métaboliques ou d’hypotyroidie.

Whooley. MA. Diagnosis and Treatment of Depression in Adults With Comorbid Medical ConditionsA 52-Year-Old Man With Depression. JAMA. 2012;307(17):1848-1857. doi:10.1001/jama.2012.3466

One Comment leave one →
  1. 05/06/2012 8:18

    Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements…

    Audrey

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :