Aller au contenu principal

Lutter contre la discrimination liée au poids chez les étudiants en kinésiologie/STAPS

22/03/2019

276La discrimination (comportement négatif émis à l’encontre des membres d’un groupe social, uniquement sur la base de leur appartenance à un groupe stigmatisé1) perçue liée au poids est associée à de nombreuses conséquences négatives. Par exemple, les personnes obèses sont discriminées dans l’accès à l’emploi, subissent plus de remarques négatives de la part des cliniciens et ont des relations avec leurs proches plus détériorées2. Plus récemment, une étude de cohorte américaine suggère parmi différents types de discrimination (ethnique, sexe), celles liées au poids sont associées longitudinalement à un risque plus élevé de décès précoce3.

301Dans le domaine de l’activité physique ou de l’exercice, une revue de littérature conclue les professionnels de cette branche font état d’attitudes négatives et discrimination à propos des individus qui sont obèses ou en surpoids relativement élevée, que celles-ci soient mesurées directement ou indirectement4. C’est assez problématique car plus le professionnel (kinésiologue ; enseignant en activité physique adaptée) va avoir des attitudes négatives plus la relation avec la ou les personnes obèse(s) risque d’être dégradée et augmenter le risque d’abandon du programme.

Wijayatunga et al.5 ont donc développé une intervention qui visait les étudiants en kinésiologie (STAPS pour les lecteurs français). Dans le groupe intervention, les étudiants étaient exposés à 3 extraits de documentaires (The Weight of nation) qui présentaient les causes « incontrôlables » de l’obésité et des témoignages de personnes obèses décrivant la discrimination au quotidien. Les étudiants devaient aussi jouer des scenarios qui présentaient un style de communication négatif entre un professionnel et un patient dus aux attitudes négatives du professionnels. Au total, l’intervention représentait 80 minutes. Elle était associée à une diminution significative des attitudes négatives mesurées par questionnaire à court et moyen terme, mais n’influençait pas les attitudes implicites (mesurée par une tâche sur ordinateur voir exemple ici). Cet article illustre un point qui devrait être présentés par les formateurs à l’université.

a

Pour terminer, si parmi les lecteurs vous recherchez des supports visuels non stigmatisant, l’Université du Connecticut a mis en ligne de nombreuses images et vidéos dont celles présentées dans l’article.

  • 1. Bourguignon, D. & Herman, G. Chapitre 3. Au cœur des groupes de bas statut : la stigmatisation. in Travail, chômage et stigmatisation 99 (De Boeck Supérieur, 2007). doi:10.3917/dbu.herma.2007.01.0099
  • 2. Puhl, R. M. & Heuer, C. A. The Stigma of Obesity: A Review and Update. Obesity 17, 941–964 (2009).
  • 3. Sutin, A. R., Stephan, Y. & Terracciano, A. Weight Discrimination and Risk of Mortality. Psychol Sci 26, 1803–1811 (2015).
  • 4. Panza, G. A. et al. Weight bias among exercise and nutrition professionals: a systematic review. Obes Rev 19, 1492–1503 (2018).
  • 5. Wijayatunga, N. N., Kim, Y., Butsch, W. S. & Dhurandhar, E. J. The effects of a teaching intervention on weight bias among kinesiology undergraduate students. International Journal of Obesity (2019). doi:10.1038/s41366-019-0325-0
Publicités
No comments yet

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :