Skip to content

L’intensité « auto-choisie », « libre » pour le traitement de la dépression chez les adolescents

02/11/2015

En septembre dernier, un article présentait l’exploration des effets de programmes d’exercice physique à intensité « libre » ou « auto-choisie » chez des adultes dépressifs. Cette fois-ci, une étude de Tim Carter1 et al., vient d’être publiée chez des adolescents traités pour des troubles dépressifs (article en accès libre).

kind of funny storyUn essai clinique randomisé contrôlé a été mis en place proposant à un bras de l’étude (44 vs 43 participants) un programme d’exercice physique de 6 semaines (2 fois par semaine, 45 min, circuit training, aérobie et renforcement musculaire, supervisé) en parallèle des soins usuels. Je copie la manière dont les auteurs décrivent l’intensité :

« Preferred intensity was operationalised as follows: Participants could choose the order in which they undertook the different exercises; they could choose the intensity in which they exercised on each station and they could choose to take rests when they wanted. Moreover, no pressure was applied to participants to exercise at higher levels nor was it applied to participants to attend the sessions.

La méthode de l’étude stipule que 158 participants au total sont nécessaire afin d’avoir une puissance statistique attendue. Le groupe contrôle suivait les soins usuels uniquement. La mesure de la dépression et de l’activité physique était réalisée à l’aide d’échelles auto-raportées validées.

L’analyse des résultats ne révèle pas de différence significative entre les 2 groupes en fin d’intervention.

Le taux d’attrition est de 25% en fin d’intervention et de 50% à 6 mois. A 6 mois, le groupe exercice physique fait état d’un niveau significativement plus faible de dépression et aucun changement n’est retrouvé en termes d’activité physique déclarée.

En conclusion, comme l’étude précédemment citée 2, l’exercice physique à intensité “auto-choisie” ou libre ne diminue pas le niveau de dépression d’adolescent pris en charge pour des troubles dépressifs (possiblement due au nombre de participant trop faible). Même si des résultats significatifs à 6 mois sont retrouvés, le faible nombre de participants pourrait réellement biaiser les résultats et ceux-ci doivent être considérés comme exploratoires. Pour les curieux les auteurs ont mené des entretiens qualitatifs avec une partie des participants.

  • 1. Carter T, Guo B, Turner D, et al. Preferred intensity exercise for adolescents receiving treatment for depression: a pragmatic randomised controlled trial. BMC Psychiatry. 2015;15(1). doi:10.1186/s12888-015-0638-z.
  • 2. Doose M, Ziegenbein M, Hoos O, et al. Self-selected intensity exercise in the treatment of major depression: A pragmatic RCT. Int J Psychiatry Clin Pract. 2015;0(0):1-10. doi:10.3109/13651501.2015.1082599.

Un commentaire ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :